Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Conflits armés persistants : La RDC invitée à repenser sa diplomatie

Face aux velléités de balkanisation, œuvre de grandes puissances qui convoitent les richesses de la RDC, la Société civile recommande une politique étrangère neutre qui privilégie les intérêts nationaux.

Partager :

SKE__cbus_4302201608FREDDYMULUMBACONFERENCESURLABALKANISATION_mGlis

A la faveur d’un débat organisé le samedi 15 août 2020 dans la salle de conférences de la paroisse Notre-Dame de Fatima, à Gombe, les acteurs sociaux ont estimé que la République démocratique du Congo devra penser à la refondation de sa politique étrangère face aux grandes puissances internationales qui ont les yeux rivés sur ses minerais. Ce, au regard de la dynamique persistante des conflits armés dans la partie orientale du pays.

La conférence, placée sous le thème «Dynamique persistante des conflits armés dans l’Est de la RDC et tentatives de balkanisation», a été organisée par le politologue Freddy Mulumba, directeur général adjoint de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) et coordonnateur du magazine Renaissance.

Selon les organisateurs, le but de cette conférence était d’éveiller la conscience de la population en général et, en particulier de l’élite congolaise, de façon à proposer aux politiques congolais des pistes de solutions à ces «guerres de migrations» qui ne visent que la balkanisation de la RDC dans sa partie Est.

Recommandations

Dans leur réflexion, ces acteurs sociaux ont formulé plusieurs recommandations aux autorités compétentes de la RDC, à savoir réformer profondément la politique étrangère en tenant compte de nouveaux enjeux régionaux et internationaux ; créer, former et organiser nos ambassades, c’est-à-dire en tenant compte du profil des diplomates dans nos ambassades et organisations internationales ; lancer une campagne de civisme et de nationalisme patriotique dans divers degré de l’enseignement ; mettre en place une approche structurée pour la neutralisation de groupes armés en tenant compte de réalités du terrain c’est-à-dire interdire toute procédée d’intégration des miliciens ou membres de groupes armés au sein de l’armée nationale; prendre en compte les dénonciations faites par les populations contre certains membres des forces armées ; avoir un outil médiatique adéquat lequel supervisera et diffusera les actions du chef de l’État congolais, Félix-Antoine Tshisekedi, une fois président de l’Union africaine (UA).

Nationalisme patriotique

En prélude à cette élévation de la RDC, le politologue Freddy Mulumba qui dit renouer avec ses habitudes d’organiser régulièrement ce genre de conférences, annonce la tenue, d’ici à deux semaines, d’une autre conférence-débat sur «le panafricanisme».

À cette occasion, il promet d’inviter des panafricanistes  qui vont débattre de la question. Car, rassure-t-il, pour que l’Afrique renaisse, il faut que la RDC soit puissante et stable. Et en vue de mettre fin à tous ces petits conflits provoqués par des ennemis de l’Afrique, il faut mettre la science au service du peuple.

Intervenants à cette conférence, M. Esambo Lukie a dressé l’état des lieux de la situation sécuritaire dans «les trois triangles de la mort», à savoir Uvira, Fizi et Mwenga qu’il qualifie d’épicentre des conflits armés.

De son côté, Me Nixon Kambale a démontré noir sur blanc la dynamique persistante des conflits armés dans l’Est de la RDC et les stratégies pour la matérialisation du projet de balkanisation.

Le doctorant Georges Lohalo a, pour sa part, proposé de reprenser la diplomatie pour lutter contre sa balkanisation dans sa partie orientale.

Quant au professeur Sylvain Kaumba Tshikoji, il a estimé que le peuple congolais devra se ranger derrière Félix Tshisekedi et pratiquer le nationalisme patriotique pour barrer la route aux initiateurs du projet de balkanisation.    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi