Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Des sénateurs américains poussent Tshisekedi à démanteler le «  système kleptocratique » de l’ancien président Kabila

Plus qu’une piqûre de rappel, c’est un avertissement sans pareil ! En clair, les sénateurs américains poussent Félix Tshisekedi à s’attaquer à la corruption de haut niveau.

Partager :

Très puissante, cette lettre des sénateurs américains qui rappellent en des termes les plus forts la nécessité de poursuivre, en RDC, la lutte contre la corruption et d’étendre les sanctions, en désignant des cibles jusqu’ici épargnées. Plus qu’une piqûre de rappel, c’est un avertissement sans pareil ! En clair, les sénateurs américains poussent Félix Tshisekedi à s’attaquer à la corruption de haut niveau.

Des sénateurs américains demandent à l’administration Trump de se « concentrer sur le démantèlement du système kleptocratique de l’ancien président Kabila », de sorte que les vastes richesses naturelles de la RDC profitent au peuple congolais. C’est ce que l’on peut lire dans une correspondance envoyée, le lundi 17 août 2020, par le président de la commission sénatoriale des Relations étrangères, Jim Risch (R-ID), le membre de rang Bob Menendez (D-NJ), et les sénateurs Marco Rubio (R-FL), Tim Kaine (D-VA), Ted Cruz (R-TX), Chris Coons (D-DE), David Perdue (R-GA), Benjamin Cardin (D-MD) et Cory Booker (D-NJ) au Secrétaire d’État, Mike Pompeo et au Secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin.

Ces sénateurs insistent sur la nécessité de faire pression pour des réformes structurelles en République démocratique du Congo.

« En particulier, les efforts des États-Unis devraient se concentrer sur le démantèlement du système kleptocratique de l’ancien président Kabila, de sorte que les vastes richesses naturelles de la RDC profitent au peuple congolais. Sans s’attaquer à la corruption et à son impact sur les questions de gouvernance, du conflit violent aux élections et aux droits humains, ce bref moment de promesse sera perdu pour les mêmes forces qui ont contribué à une histoire d’exploitation en RDC », ont-ils souligné dans leur lettre.

Ils insistent que si l’administration Tshisekedi peut démontrer des progrès dans la lutte contre la corruption et faire progresser les réformes pour répondre aux besoins du peuple congolais, « cela affaiblira le système prédateur qui a frappé le pays et laissé trop de citoyens vivant dans la pauvreté et vulnérables à la violence ».

Quatre domaines politiques principaux ciblés

La lettre détaille les domaines politiques principaux sur lesquels l’administration américaine doit se concentrer : primo, l’élargissement des sanctions ciblées, en particulier contre les fonctionnaires et les entreprises impliqués dans la corruption de haut niveau et ceux qui contournent les sanctions ; secundo, prendre des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent, notamment en publiant un avis sur le blanchiment d’argent ; tertio, faire des réformes anticorruption une condition des prêts non urgents du Fonds monétaire international (FMI) ; quarto, s’attaquer au commerce de l’or de la guerre, notamment en imposant des sanctions aux négociants en or de la guerre, en prenant des mesures d’incitation et en contribuant à faciliter les négociations entre les gouvernements de la RDC, de l’Ouganda et du Rwanda en vue d’harmoniser les taxes à l’exportation de l’or.

Pour eux, « le changement est possible en RDC » et « l’actuel Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a ouvert un espace politique pour permettre à un plus grand public de dialoguer sur la transparence et la bonne gouvernance, et s’est engagé à sévir contre  la corruption ».

Le Potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi