Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Grâce présidentielle : L’ex-président de l’assemblée provinciale de Kinshasa recouvre sa liberté

Prévue pour 10 ans par le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, Roger Nsingi n’aura purgé qu’une peine estimée à une année et demie. Il vient de bénéficier de la grâce présidentielle.

Partager :

Des prisonniers continuent de bénéficier de la grâce présidentielle, celle leur accordée par le chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi depuis le 30 juin 2020 lors de la célébration de 60 ans de l’indépendance de la RDC. C’est dans ce contexte que l’ancien président de l’assemblée provinciale de Kinshasa, Roger Nsingi, a recouvré, le vendredi 21 août 2020, sa liberté.

Condamné à 10 ans par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, Roger Nsingi n’aura passé qu’une année et demie en détention à la Prison centrale de Makala.

Des sources familiales et judiciaires confirment que M. Nsingi a quitté sa cellule de la Prison centrale de Makala. Il a recouvré totalement sa liberté. Comme lui, c’est au moins 120 prisonniers dont une femme et deux militaires condamnés par la juridiction civile ont bénéficié de la grâce présidentielle dans la province du Kongo Central. Ils ont quitté la prison le jeudi 6 août 2020. C’est le procureur général près le Parquet de grande instance de Matadi, Paul Banze Mpila qui a présidé la cérémonie officielle en présence de l’auditeur des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), garnison de Matadi, le Major Lemba.

D’aucuns estiment que cette grâce présidentielle est une « vraie leçon » afin de changer de mode de vie des coupables. « La prison n’est bon endroit pour bien vivre. Maintenant, j’ai changé mon ma façon de vivre.  Et, je remercie le chef de l’État de m’avoir accordé cette grâce », a confié un jeune bénéficiaire la grâce présidentielle ayant requis l’anonymat. 

Pour les autres, cette mesure présidentielle permet de désengorger les prisons qui sont actuellement surpeuplées. « C’est une mesure salutaire, car cela va désengorger nos prisons. C’est maintenant partout que les prisons accueillent les détenus. D’autres prisonniers ne sont même condamnés, mais ils se retrouvent dans des lieux carcéraux. Cette action est très appréciée dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus dont la contamination est dangereuse », a expliqué un avocat.

Toujours dans la province du Kongo Central, des prisonniers sont graciés à cause de l’insécurité sévissant dans cette partie du pays. Plusieurs cas d’insécurité sont signalés depuis deux semaines dans les villes de Matadi et Boma ainsi que dans ses environs, ont rapporté des sources sécuritaires provinciales.

Le président de la République avait accordé cette grâce à l’occasion de la célébration de 60 ans d’indépendance de la République démocratique du Congo le 30 juin dernier, rappelle-t-on.

Hervé Ntumba

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi