Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La RDC veut faire de la formation professionnelle un choix de première zone

Le gouvernement est déterminé à valoriser la formation professionnelle.

Partager :

SKE__cbus_1402201309FORMATIONPRO_mGlis

Le gouvernement est déterminé à valoriser la formation professionnelle. C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Formation professionnelle, Arts et métiers, John Ntumba, au cours d’une conférence de presse sanctionnant la fin de l’atelier de validation de la note de cadrage de la stratégie sectorielle de la formation professionnelle en RDC. Organisé avec l’appui de l’Organisation internationale du travail (OIT) et de l’Unesco, cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des résolutions et recommandations du premier forum national de la formation professionnelle, tenu à Kinshasa en décembre 2019.

Pour le ministre de la Formation professionnelle, la fin de l’atelier de validation de la note de cadrage de la stratégie sectorielle de la formation professionnelle en RDC constitue la formalisation ainsi que la finalisation d’une première étape. Une étape importante qui, visiblement, précède la composition de la commission nationale en charge de la stratégie déjà validée.

Pour le reste, John Ntumba estime que sa réussite dépend aussi bien de la collaboration interinstitutionnelle que de la mobilisation des partenaires.  

Au total, 70 recommandations ont été formulées par les participants à l’atelier, lesquelles sont des réponses aux questions pour une formation professionnelle adaptée en RDC.

Parmi ces recommandations, les plus importantes sont notamment celles de fédérer l’ensemble des intervenants de la formation professionnelle ; la prise en compte de la démobilisation, démilitarisation et réinsertion (DDR) ; resserrer le lien entre l’université et la formation professionnelle ; la valorisation du secteur de la formation professionnelle en faisant en sorte que celle-ci soit un secteur de choix et non pas un secteur de sauvetage.

Après cette première étape qu’est l’atelier de validation du document, quatre autres étapes devront être franchies avant de parvenir au point final de cette stratégie.

S’en suivra donc la mise en place officielle de l’équipe nationale en charge de la stratégie ; le démarrage des enquêtes sur terrain avec une prise en compte au préalable de la digitalisation du formulaire ; le traitement des documents collectés et la validation de la stratégie accompagnée d’un plan d’action budgétaire.

«Le gouvernement, en collaboration avec les partenaires sociaux, renforcement la cohérence dans l’éducation et le développement des compétences aux marchés du travail actuel et à la technologie, l’investissement, le commerce et les politiques macroéconomiques qui génèrent une croissance future d’emploi », a fait savoir John Ntumba.

Avant la mise en place de la stratégie proprement dite, une mission technique sera organisée. Pour y parvenir, une mission d’appui à l’élaboration de la stratégie sectorielle de la formation professionnelle et technique avait déjà été mise en place.

Ce, en vue de réaliser notamment un état des lieux et un diagnostic de la formation professionnelle et technique avec les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces ; un draft de stratégie sectorielle de la formation professionnelle et technique validée et adoptée. A cela s’ajoute une estimation des implications financières de la mise en œuvre de la stratégie ainsi qu’un plan d’action de mise en œuvre de la stratégie de la formation professionnelle et technique élaboré et son coût évalué.

Olivier Kaforo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi