Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Jacquemain Shabani : « La tenue du mini-sommet en vidéo-conférence n’est pas un échec diplomatique pour la RDC »

Face à ceux qui estiment que le mini-sommet représente une rencontre de trop et ne va qu'accoucher d'une souris, Jacquemain Shabani Lukoo se veut rassurant.

Partager :

SKE__cbus_4837202109JACQUEMAINSHABANI_mGlis

Initialement annoncé à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, le mini-sommet des chefs d’Etat de la sous-région des Grands Lacs africains qui devait réunir autour de Félix Tshisekedi les chefs d’État du Rwanda, du Burundi, de l’Ouganda et  de l’Angola pour discuter sur des questions sécuritaires, économiques et diplomatiques de la sous-région des Grands Lacs, le mini-sommet va désormais se tenir à une date ultérieure en vidéoconférence.

Dans l’opinion à Kinshasa et surtout à Goma, nombreux sont ceux qui pensent que l’initiative du président Félix-Antoine Tshisekedi n’a pas rencontré comme il se doit le vœu des chefs d’États invités à effectuer le déplacement de Goma pour cette fin, du fait que ce n’est qu’en dernière minute que le Rwanda a privilégié une rencontre en vidéo-conférence, ce qui a tout de même était adopté et annoncé aussi par la République démocratique du Congo.

La polémique enfle à Goma où certains observateurs se penchent sur l’approche diplomatique de la RDC qu’ils jugent inefficace. Ils parlent même d’un rendez-vous déjà manqué bien que cela va tout de même se tenir par vidéoconférence.

Vidéoconférence, format protocolaire normal

Interrogé à Goma dimanche 20 septembre 2020 sur cette question qui fait polémique, Jacquemain Shabani Lukoo, cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), estime que le format vidéoconférence ne présente  aucune entorse dans le secteur diplomatique en RDC.

« Il ne faudrait pas ignorer qu’il y a encore la réalité de la Covid-19 qui persiste. Et les dispositions protocolaires doivent se conformer à cela. Ce qui importe est que le chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, veut en découdre avec l’insécurité à l’Est de la RDC et en a la volonté. C’est pourquoi il veut échanger avec ses homologues des pays de la sous-région des Grands Lacs qui sont aussi directement ou indirectement concernés par cette insécurité à l’Est de la RDC. Même en vidéoconférence, les vérités vont  être dites et les solutions seront proposées », a estimé Jacquemain Shabani, président de la Commission permanente électorale de l’UDPS.

Face à ceux qui estiment que le mini-sommet représente une rencontre de trop et ne va qu’accoucher d’une souris, Jacquemain Shabani Lukoo se veut rassurant.

« Bien que l’insécurité persiste à l’Est du pays depuis près de deux décennies, on n’a pas droit à se décourager, ni à se fatiguer. Pour ramener la paix, le dialogue est une option permanente entre parties prenantes. Et il y a la volonté ferme de Félix-Antoine Tshisekedi de mette fin à cette guerre de l’Est.  La population est appelée à accompagner les efforts du chef de l’État », a-t-il conclu.

Melis BOASI, correspondant au Nord-Kivu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi