Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

L’ambassade de Chine promet d’intensifier les échanges éducationnels entre les Congolais et les Chinois

L’apprentissage du « Mandarin » en RDC grâce à l’Institut Confucius de l’Académie diplomatique congolaise gagne, de plus en plus, en engouement au sein de la population kinoise.

Partager :

SKE__cbus_3119202909CHINERDC_mGlis

L’Institut Confucius de l’Académie diplomatique congolaise (IC-ADC) a célébré, lundi 28 septembre 2020, sa deuxième année d’existence en République démocratique du Congo. C’était au cours d’une cérémonie organisée pour la circonstance, au Salon Rouge du ministère des Affaires étrangères à Kinshasa-Gombe. L’ambassadeur de Chine en RDC, Zhu Jing, a, à cette occasion, rassuré que sa représentation diplomatique est prête à « apporter plus de soutien à l’IC-ADC ». Cela, en intensifiant les échanges bilatéraux sur le plan éducationnel et culturel pour la  promotion des jeunes entre les deux pays.

L’apprentissage du « Mandarin » (NDLR : langue chinoise) en République démocratique du Congo grâce à l’Institut Confucius de l’Académie diplomatique congolaise (IC-ADC) gagne, de plus en plus, en engouement au sein de la population kinoise. Pour preuve, en seulement deux années d’existence, soit depuis l’ouverture de sa première classe, le 20 septembre 2018, à ce jour, l’IC-ADC a déjà organisé huit (8) classes allant du niveau 1 au niveau 3, avec un total de trois cents (300) récipiendaires.

C’est, entre autres, dans ce contexte de coopération bilatérale que l’ambassadeur de Chine en RDC, Zhu Jing a annoncé, à l’occasion de la célébration du deuxième anniversaire de l’IC-ADC organisée, le lundi 28 septembre 2020, au Salon Rouge du ministère des Affaires étrangères à Gombe, la volonté de sa représentation diplomatique à intensifier les échanges sur le plan éducationnel et culturel entre Congo-Kinshasa et son pays.

« La Chine est un partenaire stratégique de la RDC en même temps de la diversité culturelle mondiale. L’ambassade de Chine est prête à apporter plus de soutien à l’Institut Confucius en intensifiant les échanges bilatéraux sur l’éducation et la culture en faveur des jeunes de nos deux pays, tout en respectant l’autonomie de l’IC-ADC », a-t-il indiqué en substance.

Par ailleurs, M. Zhu Jing a encouragé les responsables de l’IC-ADC, « à poursuivre les efforts d’optimisation de la pédagogie en améliorant la qualité de l’enseignement ;  en organisant plus d’activités culturelles ouvertes ; et à multiplier les contacts avec les établissements culturels et les entreprises chinoises en organisant, notamment, des cours linguistiques en faveur des employés locaux des entreprises chinoises ».

Pour sa part, le vice-président du Conseil d’administration de l’IC-ADC et chef de service de l’Académie diplomatique congolaise (ADC), M. Djuma Kauzeni, a salué cet évènement qui accroit, selon lui, le renforcement des liens entre les peuples congolais et chinois.

Kauzeni a fait savoir que « l’art, la langue et l’éducation dans les points d’entrée culturelle sont susceptibles de rapprocher et d’accentuer les points communs tandis que la politique officielle peut apparaitre contradictoire et accentuer les différences ». Pour ce faire, il a exhorté la « Fondation chinoise pour l’éducation internationale » à faire jouer à l’Institut Confucius de l’Académie diplomatique congolaise, le rôle de passerelle dans les échanges et l’enrichissement de la civilisation entre les deux pays.

De son côté, la directrice locale de l’IC-ADC, Mme B. Nzuzi a rappelé que cet établissement est né à la suite de la signature des accords de partenariat entre l’Académie diplomatique congolaise du MINAFET de la RDC au quartier général des Instituts Confucius à Hanban d’une part, et à l’Université Centrale du Sud à Chansha d’autre part, en République populaire de Chine.

L’IC-ADC a, notamment, comme objectifs, l’enseignement de la langue chinoise, le Mandarin ; l’organisation des activités d’échange culturel ; la mise à disposition des communautés locales des informations sur des services chinois chargés de l’éducation et de la culture, vice-versa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi