Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Jouer avec le feu

Sur le sujet, le chef de l’État répondant aux journalistes congolais de la diaspora, le 1er octobre à Bruxelles, avait prévenu, très fermement, que les juges Kilomba et Ubulu «ont mis leur carrière en berne».

Partager :

SKE__cbus_2946201510MABUNDACHEZTSHISEKEDI_mGlis

Le sort des juges Kilomba et Ubulu préoccupe au plus haut point le FCC. En témoigne la première audience que J. Mabunda et A. Thambwe Mwamba ont obtenue mardi 13 octobre 2020 auprès du président de la République. Est-ce que le caractère d’urgence nationale que la présidente de l’Assemblée nationale et le président du Sénat semblent donner à ce dossier «déjà scellé» est ressenti de la même manière par le peuple congolais ?

Il faut en douter. Car, les propos de Thambwe au sortir de l’audience ne laissent planer aucune équivoque. «Nous avons voulu échanger avec le président de la République sur les questions qui concernent la Cour constitutionnelle, a-t-il annoncé. Nous avons débattu de la question de manière tout à fait sincère et il nous a fait part de ses sentiments. Nous allons nous retrouver encore prochainement à ce sujet ».

Une phrase et la suite se dessine : une deuxième audience est dans le pipeline. Demandeur, le FCC insiste. Toutefois, l’aveu selon lequel  la question a été débattue «de manière tout à fait sincère» laisse voir que le climat de l’entretien était tout, sauf bienveillant.

Qui peut s’en étonner après l’acte de défiance, doublé d’insolence, manifesté par les deux juges ? À titre de rappel, les juges frondeurs ont d’abord refusé de répondre à leurs affectations à la Cour de cassation. Ils ont ensuite ostensiblement boudé la cérémonie de prestation de serment. Étaient-ils manipulés, ou non, par leurs avocats d’aujourd’hui ? Toujours est-il que leur rébellion est entrée dans l’histoire.

Sur le sujet, le chef de l’État répondant aux journalistes congolais de la diaspora, le 1er octobre à Bruxelles, avait prévenu, très fermement, que les juges Kilomba et Ubulu «ont mis leur carrière en berne». Ils ont joué avec le feu et doivent, par conséquent, s’assumer. Les malicieux souffleurs aussi, en dépit de leur prétendu « attachement aux textes ».

Le Potentiel

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi