Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Affaire Minembwe à l’Assemblée nationale : Tirs croisés sur Ruberwa

Me Azarias Ruberwa a sollicité 48 heures pour rencontrer les préoccupations d’une vingtaine de députés qui veulent obtenir des éclaircissements sur le dossier Minembwe.

Partager :

SKE__cbus_2301201910Azarias-Ruberwa-Maniwa_mGlis

Appelé à se justifier lundi 19 octobre devant la représentation nationale, à la demande du député Mohindo Nzanghi, élu du Sud-Kivu, autour de l’installation des autorités politico-administratives de la commune rurale de Minembwe, le ministre d’Etat, ministre de la Décentralisation et Réformes institutionnelles a essuyé des tirs croisés de la part des députés toutes tendances confondues, tant la question touche aux intérêts de la nation entière.

Me Azarias Ruberwa a sollicité 48 heures pour rencontrer les préoccupations d’une vingtaine de députés qui veulent obtenir des éclaircissements sur le dossier Minembwe.
Répondant particulièrement aux accusations de balkanisation, Me Azarias Ruberwa a estimé qu’il « s’agit d’une accusation sans fondement. Je ne me reconnais ni de près, ni de loin dans ce concept. Dans tous les cas, il s’agit d’une pure invention ».

Avant d’ajouter, « il n y a pas eu des députés nationaux ou ministres qui soient partis pour installer le bourgmestre de Minembwe. Ma mission était nationale, je l’ai exécutée en âme et conscience. Il n’est pas approprié que le ministre que je suis réponde des actes posés par les autorités locales ».
Depuis que cette affaire a éclaté, Azarias Ruberwa a développé plusieurs moyens de défense pour tenter de dégager sa responsabilité.

Et juste après son audition à la Chambre basse du Parlement, des réactions fusent de partout.

JC Katende : « Ruberwa est en train de mentir »

Jean-Claude Katende, président de l’Association Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (Asadho), n’est pas convaincu des explications du ministre de la Décentralisation Azarias Ruberwa sur l’installation du bourgmestre de la commune rurale de Minembwe.

Dans un tweet qui a suivi son audition par les élus nationaux à la Chambre basse du Parlement, Jean-Claude Katende écrit purement et simplement que « Ruberwa est en train de mentir toute la nation. Il y a quelques jours, il avait dit que le bourgmestre était installé à la demande de la Société civile. Aujourd’hui, il affirme que cette installation a été faite et assumée par le ministre provincial de l’Intérieur du Sud-Kivu à la demande du gouverneur de province. C’est grave. Ruberwa nous prend pour des idiots ».

Ces propos sont mensongers selon Me Jean-Claude Katende, car dans son dernier point de presse, le ministre Ruberwa a affirmé que le bourgmestre était installé à la demande de la Société civile.

Voie de règlement de la question Minembwe

L’affaire soulève beaucoup de passions qu’il faut de sagesse pour son règlement global dans l’intérêt de la nation entière. C’est pour ce motif que le 9 octobre, au cours de la réunion du Conseil des ministres, le président de la République, Félix Tshisekedi, a décidé de la mise en place, dans les meilleurs délais, d’une commission composée d’experts scientifiques non originaires du recoin, avec mission de clarifier les choses, de retracer toutes les limites des communes concernées des Hauts Plateaux en vue de dégager des propositions de solution appropriées à prendre.

Une autre proposition a été faite par l’Eglise du Christ au Congo (ECC) qui a proposé au chef de l’Etat de renvoyer le dossier Minembwe au Conseil d’Etat, organe compétent en la matière pour disposition utile.

St Augustin K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi