Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Les partenaires du PASA-NK annoncent la ratification imminente de l’Accord de financement avec l’OFID

Partager :

SKE__cbus_2052202010PNK_mGlis

Dans le souci de booster davantage les réalisations du Projet d’Appui au Secteur Agricole du Nord-Kivu (PASA-NK) sur le terrain, les partenaires du Pasa-Nk ont annoncé la ratification imminente de l’Accord de financement avec le Fonds de l’OPEP pour le développement (OFID), institution intergouvernementale de financement du développement, en vue d’activer la mise en œuvre  de la composante 2 du Projet Pasa-Nk, celle liée à la construction des infrastructures agricoles au Nord-Kivu au profit de petits producteurs.

Au cours d’un atelier d’échanges sur l’état d’avancement du projet Pasa-Nk tenu à Goma, le lundi 19 octobre 2020, la coordination du Projet d’appui au secteur agricole du Nord-Kivu a dressé un bilan positif des réalisations du projet sur le terrain, en seulement deux ans d’exécution. Elle a fait savoir que la difficulté repose encore sur la question d’infrastructures agricoles et le gouvernement congolais devrait s’y pencher avec la ratification de cet accord de l’OFID qui va permette la construction des infrastructures agricoles, des routes de desserte agricole, des dépôts et entrepôts agricoles au Nord-Kivu.

« Le projet est composé de trois composantes, à savoir : le soutien au développement des capacités des acteurs d’appui aux 4 filières concernées par le projet, l’appui aux infrastructures rurales qui constitue 21% du coût de base du projet ainsi que la composante Gestion et coordination du projet. La composante 2 est jusque-là bloquée mais cela n’empêche pas les réalisations sur le terrain qui se palpent du doigt. Le vœu est que le gouvernement s’active pour la cause de la composante 2, car si les routes sont construites, cela va permettre à ce que le projet quitte le milieu rural pour le milieu urbain », a indiqué Daniel Bunambo, responsable en charge de Suivi-évaluation et planification du projet Pasa-Nk.

Atteinte des objectifs attendus à la fin du projet

Ce projet qui s’étend jusqu’en 2025 connait déjà en 2 ans d’exécution des avancées significatives en termes de réalisations par rapport aux attentes finales dans les filières café arabica, maïs, pomme de terre et riz au Nord-Kivu.

« En dépit de la situation liée à la covid-19, nous avançons significativement sur le terrain et le Pasa-Nk fait la fierté du portefeuille FIDA en RDC. Déjà, en cette fin 2020 qui est la 2ème année du projet, c’est-à-dire depuis 2018, nous avons réalisé plus de 40% des objectifs du projet qui se basent essentiellement sur l’amélioration du rendement de 4 cultures ciblées ainsi que de la rentabilité alors que l’objectif était d’atteindre 30% les deux premières années. C’est un résultat très satisfaisant, car en 2 ans déjà on a amélioré le rendement et la rentabilité en améliorant les conditions agricoles des populations du Nord-Kivu. Déjà sur les 100% des résultats attendus jusqu’en 2025, on a atteint près de 46% », a-t-il poursuivi.

Pour sa part, Bruno Kazadi, coordonnateur du Projet d’appui au secteur agricole du Nord-Kivu, a fait savoir que 13.240 petits producteurs sont déjà accompagnés par le Pasa-Nk sur les 28.400 attendus à la fin du projet.

« Déjà sur deux ans, 56% de petits producteurs sont atteints dans la filière Café arabica, 16% dans la filière Maïs, 19% pour le riz et 9% pour la pomme de terre. Les superficies emblavées depuis le début du projet sont de 1181, 34 hectares pour la filière Maïs, 970, 5 hectares de superficie emblavée dans la filière Riz, 123,6 hectares pour la pomme de terre et 3788,23 hectares pour le café. Et le rendement atteint jusque-là est de 2.900 kg par hectare, 3.190 kg par hectare pour le riz, 15.800 kg/ha pour la Pomme de terre et 1.230 kg/ha pour le café. Pour la plupart de cas, on a déjà réalisé plus que ce qui était même prévu jusqu’en 2020. La suite est donc favorable pour le Projet surtout avec la ratification de l’OFID très attendue. 13 véhicules et 140 motos ont été distribués aux partenaires depuis le début du projet” a-t-il expliqué.

Des promesses fermes de l’État

Représentant le gouvernement congolais à cet atelier, Médard Mukena Bantu, conseiller en charge de la Coopération et filières vivrières au ministère national de l’Agriculture, promet faire parvenir à sa hiérarchie, les recommandations issues de ces échanges en ce qui concerne la ratification du contrat avec l’OFID.

C’est la grande recommandation que je vais formuler auprès du ministre national de l’Agriculture pour que la machine soit activée urgemment afin que ce contrat soit ratifié très rapidement, a-t-il relevé.

Même son de cloche pour Mme le ministre provincial de l’Agriculture au Nord-Kivu, Fatuma Hassan, qui a noté qu’avec les infrastructures agricoles telles que les routes, dépôts et entrepôts agricoles, l’État congolais saura maîtriser les statistiques de ventes et achats des produits agricoles concernés par le Pasa-Nk.

Par ailleurs, les services publics bénéficiaires du projet Pasa-Nk tel que l’Office national des produits agricoles au Congo (Onapac), secteur de Goma et Beni, sont appelés à capitaliser les acquis du projet et garder cet élan pour le futur. Les Organisations paysannes chefs des files qui bénéficient, elles aussi, de l’appui du Pasa-Nk sont appelées à œuvrer sur terrain au profit de petits producteurs pour l’amélioration des conditions de vie de la population du Nord-Kivu.

Melis Boasi, Correspondant au Nord-Kivu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi