Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Consultations : La Société civile se range derrière Félix Tshisekedi

Au Palais de la Nation, à Kinshasa, l’engouement pour les consultations initiées par le président de la République ne cesse d’accroître.

Partager :

SKE__cbus_2400200411societecivileauP_mGlis

Au Palais de la Nation, à Kinshasa, l’engouement pour les consultations initiées par le président de la République ne cesse d’accroître.

La journée du mardi 3 novembre, marquant la deuxième journée de ces assises, les organisations de la Société civile, toutes tendances confondues, ont exprimé leur engagement ferme à accompagner le président de la République, Félix Tshisekedi, dans son initiative de sceller le nouveau décollage du pays, via l’Union sacrée de la nation.

En premier lieu, ce sont les ONG de défense des droits de l’Homme qui ont été reçues par le chef de l’Etat. Il s’agit de l’Association congolaise pour l’accès à la Justice, la Voix des sans voix, l’Association africaine des droits de l’Homme, Les Amis  de Nelson Mandela, l’Action contre l’impunité des droits de l’Homme et Toges Noires.

Selon Me Georges Kapiamba de l’ACAJ qui a parlé au nom de ce groupe, un mémo a été remis au chef de l’Etat et dans lequel les ONG ont avancé des propositions susceptibles de servir de levier pour décanter la situation.

En effet, relèvent les organisations des droits de l’Homme, près de deux ans de la coalition, le constat est négatif. Les choses n’évoluent pas de manière à répondre avec satisfaction aux aspirations liées au développement et à la promotion des droits de l’Homme en RDC.

C’est ainsi qu’elles soutiennent les consultations que le président a initiées espérant qu’elles pourront déboucher sur la requalification de la nouvelle majorité au niveau de l’Assemblée nationale. Ce qui permettra la mise en place d’un gouvernement capable de répondre aux attentes de la population.

Après les ONG de défense des droits de l’Homme, c’était le tour des organisations de la Société civile, à savoir la Société civile du Congo ; la Nouvelle Société civile du Congo ; la Coalition des organisations de la Société civile pour la promotion des droits économiques ; sociaux et culturels ; le Cadre de concertation de la Société civile ; l’Inter plateforme de la Société civile dans sa diversité.

Sans tergiverser, ces organisations invitent le chef de l’État, en tant que garant de la nation, à mettre fin à une coalition qui n’œuvre pas pour l’intérêt supérieur du peuple.

Pour ce faire, la dissolution de l’Assemblée nationale devient plus qu’une nécessité afin de permettre la mise en place d’un gouvernement à même de s’occuper du sort de la population.

A leur tour, les délégués de l’Intersyndicale nationale de l’Administration publique, INAP, n’ont pas dérogé à la tradition. Ils ont d’abord plaidé pour l’amélioration des conditions de travail et de salaires de leurs affiliés.

Soutenant les consultations, ils ont avancé des propositions au chef de l’Etat, à travers un document qui lui a été déposé pour permettre la maximisation des recettes.

En rapport avec l’organisation des élections, l’INAP plaide pour que la CENI soit placée sous la coupe de la Cour constitutionnelle en vue de sa régulation permanente. De cette façon, on connaitra moins de problèmes lors de prochaines élections.

Dans la foulée, d’autres organisations professionnelles ont été reçues, notamment  l’Ordre national des médecins, celui des infirmiers et pharmaciens, différents syndicats des magistrats, des enseignants, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi