Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

De l’Union sacrée de la nation : Le G13 attend des signaux forts pour marquer la volonté de changement 

Partager :

SKE__cbus_2153202012gd_mGlis

Au nombre de ces signaux, le Groupe de treize personnalités signataires de l’appel du 11 juillet 2020 (G13), en faveur d’un consensus autour des réformes institutionnelles et électorales le G13 propose qu’en général, la rigueur et l’exigence soient observées dans le choix de principaux animateurs à tous les niveaux.

Le Groupe de treize personnalités signataires de l’appel du 11 juillet 2020 – G13, en faveur d’un consensus autour des réformes institutionnelles et électorales, s’est réuni vendredi 18 décembre aux fins d’évaluer la situation générale du pays.

Ainsi, pour le G13, le pays est encore et toujours dans la crise. « Les institutions politiques sont plongées dans la léthargie pendant que les conditions sociales de nos populations se détériorent chaque jour davantage, sur fond de dégradation de la situation économique, le tout amplifié en cette fin d’année 2020, par l’accroissement des incertitudes sur la situation sanitaire dans la gestion de la deuxième vague de la pandémie de la COVID-19 », constate le G13.

Réitérant son appel du 11 juillet 2020, le G13 se félicite d’avoir été entendu par le président de la République, dans sa démarche pour la construction d’un consensus national autour des réformes essentielles pour la bonne marche du pays. « Le G13 souligne que l’avènement de l’Union sacrée de la nation est une réponse institutionnelle à cette recherche du consensus où chacun doit dépasser les clivages politiques, pour que dans un élan collectif, nous puissions faire gagner le pays ».

S’identifiant au sein de l’Union sacrée de la nation, le G13 rappelle, qu’en son temps, dans une période politiquement non suspecte, il avait tiré la sonnette d’alarme et appelé les Congolais, de toutes tendances, à un consensus national autour de grandes réformes institutionnelles, avec en priorité, les réformes électorales. « Les consultations menées par le G13, du 28 juillet au 31 août 2020, ont permis de dégager les convergences des vues entre des forces politiques et sociales sur l’évaluation de la situation générale du pays ainsi que les effets néfastes de la crise. Les consultations dirigées par le président de la République, du 2 au 25 novembre dernier ont abouti et réaffirmé les mêmes convergences des vues ayant conduit au lancement de l’Union sacrée de la nation », note-t-on dans la déclaration lue par le député national Delly Sesanga.

Dans la foulée, le G13 considère que, pour être au bénéfice suprême du peuple, l’Union sacrée de la nation devra reposer sur des priorités sous forme d’engagements précis, dans un agenda citoyen porté par tous autour des priorités claires.

Il s’agit des réformes institutionnelles et électorales dans la perspective de la tenue effective des élections de 2023 ; des réformes urgentes du secteur de la sécurité et de la défense nationale ; et l’assainissement des finances publiques ainsi qu’une politique de relance économique après COVID-19.

Le G13 considère qu’à l’effet de donner force au contenu de cette union et d’établir la confiance avec le peuple, l’Union sacrée de la nation doit délivrer, dès le départ, des signaux forts susceptibles de marquer la volonté du changement dans la conduite des affaires publiques. Delly Sesanga en a donné les détails en ces termes : « Au nombre de ces signaux, le G13 propose qu’en général, la rigueur et l’exigence soient observées dans le choix de principaux animateurs, à tous les niveaux. A titre particulier : Pour le bureau de l’Assemblée nationale : avoir le sens de l’Etat, un leadership compatible avec les enjeux de l’heure et les attentes de notre peuple, en planifiant les travaux parlementaires de manière efficace pour faciliter la conduite des réformes ; Pour l’informateur : faire preuve de dépassement pour s’acquitter de sa charge en discutant avec tous les groupes politiques sans exclusive et identifier la majorité parlementaire autour d’un cadre programmatique précis de gouvernement basé sur l’Agenda citoyen des réformes ; Pour le gouvernement : privilégier un format d’austérité réduit à 35 membres au maximum et compatibles avec les maigres ressources de nos finances publiques actuelles. Cette équipe se devra d’être un gouvernement de mission visant à rencontrer les défis énormes du pays sur les réformes électorales, la garantie de la tenue des élections en 2023, les questions sécuritaires, plus particulièrement à l’Est du pays ainsi que l’assainissement des finances publiques et la relance de l’économie nationale ; Pour toutes les Institutions : réduire les tailles des cabinets du président de la République, du Premier ministre et des institutions politiques en général comme l’amorce de la politique de la réduction du train de vie des Institutions en faveur de la prise en charge du social des congolais ».

Pitshou Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi