Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Construction de six mille logements sociaux : Modeste Mutinga signe un protocole d’accord avec l’entreprise uruguayenne RADOSER

Ce projet procure plusieurs avantages, entre autres, le préfinancement, la création d’emplois, le transfert de technologie...

Partager :

SKE__cbus_3607212005MUTINGASIGNATUREPROJETRADOSER_mGlis

La cérémonie marquant la signature de protocole d’accord entre la République démocratique du Congo représentée par le ministre des Affaires sociales, Actions humanitaires et Solidarité nationale, Modeste Mutinga, et la Société de droit uruguayen, RADOSER, dûment représentée par Miranda Barera Alvaro Felipe, s’est tenue dans la grande salle de réunion du ministère des Affaires sociales, actions humanitaires et solidarité nationale, mercredi 19 avril 2021, en présence du Directeur de cabinet du ministre ainsi que de tous ses conseillers.  

Pour le ministre des Affaires sociales, ce projet procure plusieurs avantages, entre autres, le préfinancement, la création d’emplois, le transfert de technologie, le délai de remboursement étant de 15 à 20 ans ainsi que la remise des ouvrages-clé-en-main dans un délai raisonnable.

Très confiant, modeste Mutinga a salué l’aboutissement heureux de la signature de ce protocole d’accord, tout en mettant un accent particulier sur l’objet dudit protocole d’accord. Pour lui, « les parties conviennent de travailler sur les conditions de la signature définitive d’un accord portant sur la construction de 6 mille logements sociaux par la société RADOSER SA dans la ville de Kinshasa à titre de projet pilote, dont les détails sur la catégorisation, les tarifs ainsi que les modalités de paiement feront partie intégrante du contrat final ». 

À en croire le ministre Mutinga, les deux parties s’engagent à installer une commission technique devant s’occuper des tâches spécifiques, notamment la définition d’un calendrier d’activités, l’identification des besoins spécifiques du projet suivi de l’établissement d’un calendrier de fourniture, d’exécution des montages et la livraison de logements, en associant le mode de paiement correspondant.

Un partenariat gagnant-gagnant

Ce protocole d’accord donne des obligations à toutes les parties. Pour la partie congolaise, la mise à disposition à Radoser SA d’un terrain d’au moins 200 hectares dont les titres serviront de garantie de 30% de participation locale.   Tandis que pour la société Radoser, il est exigé la création d’une société du droit congolais ainsi que la présentation des études de faisabilité du projet.

L’occasion faisant le larron, le patron des Affaires sociales a invité instamment la partie RADOSER SA à respecter scrupuleusement les termes de ce protocole d’accord, tout en martelant sur le chronogramme. « Il est urgent que la partie RADOSER SA puisse tenir compte des bourses des  Congolais », a renchéri Mutinga. À titre indicatif, les logements sociaux dont question s’élèveront entre 35 mille et 60 mille dollars américains.

Cette cérémonie de signature du protocole d’accord avec la firme uruguayenne intervient au lendemain d’une autre activité d’envergure sociale où le ministre des Affaires sociales, Actions humanitaires et Solidarité nationale a présidé, à Léon Hôtel de Kinshasa, la première réunion du Comité de Pilotage du Projet d’Appui au Bien-être alternatif des enfants et des femmes impliqués dans la chaine d’approvisionnement du Cobalt (PABEA-Cobalt).

Au cours de ces assises, Modeste Mutinga a plaidé afin que les enfants et les femmes qui sont les destinataires de ce projet financé à hauteur de 84 millions de dollars américains, soit 39,17 millions de dollars américains en Don et 45,19 millions de dollars en Prêt, par le Groupe de la Banque Africaine de Développement, puissent être les premiers bénéficiaires des fonds y alloués.

Le Potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi