Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Parlement : Mboso et Bahati en première concertation officielle sur les grandes questions d’actualité

Quant aux sujets abordés durant cette grande première, Bahati a parlé de la revue de plusieurs questions qui intéressent les deux institutions...

Partager :

SKE__cbus_2442213105MBOSOETBAHATI_mGlis

Quant aux sujets abordés durant cette grande première, Bahati a parlé de la revue de plusieurs questions qui intéressent les deux institutions dont la fin imminente de la session en cours pour le 15 juin prochain.

Le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, a reçu, en début d’après-midi lundi 31 mai, dans son cabinet de travail au palais du peuple, son homologue du sénat, Modeste Bahati. Plusieurs questions d’actualité appelant à une régulière concertation de deux institutions ont justifié ce premier tête-à-tête officiel depuis le basculement de majorité dans les deux Chambres du parlement  dont la vie est constitutionnellement liée, notamment au niveau de la lecture des lois avant leur promulgation par le président de la république.

« Il arrive que nous puissions nous concerter. C’est vrai qu’aujourd’hui on le fait devant les caméras, mais nous sommes en concertations permanentes. Et le président de l’Assemblée nationale  a bien voulu me recevoir aujourd’hui. Nous avons voulu que cette tradition puisse prendre corps et il en sera ainsi pour le reste de notre mandature  », a déclaré le président du Sénat Modeste Bahati Lukwebo heureux, d’avoir été reçu par un ainé cumulant une longue et riche expérience parlementaire.  

Quant aux sujets abordés durant cette grande première, Bahati a parlé de la revue de plusieurs questions qui intéressent les deux institutions dont la fin imminente de la session en cours pour le 15 juin prochain.

«  Dans 15 jours nous devrions aller en vacances. Sauf si l’état de siège nous contraint à pouvoir travailler. Et nous avons pensé que certaines questions peuvent trouver des réponses par échanges physiques et  concertation  au lieu des correspondances. C’est ce que nous avons fait aujourd’hui »,  a-t-il poursuivi.

Pour sa part, répondant à une question sur la brusque disparition de Yezu Kitenge, une des figures de proue de l’Union sacrée, la nouvelle majorité parlementaire à laquelle appartiennent les deux personnalités, le président de l’Assemblée nationale Mboso  a regretté la disparition d’un patriarche pour la famille politique du chef de l’Etat et pour la nation congolaise.

« Il a été un grand négociateur, il a participé au règlement pacifique de beaucoup de conflits. Il a réconcilié beaucoup de gens. C’est un homme humble et simple. Il a été au service de la nation. Et là, nous perdons une grande personnalité politique de l’histoire », a déclaré en substance le président de la Chambre basse du parlement.

Saint Augustin K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi