Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Prorogation de l’état de siège : « Des progrès significatifs » dans la pacification en Ituri et au Nord-Kivu

La ministre d’État, ministre de la Justice et garde des sceaux, Rose Mutombo, promet une communication du chef de l’État dans les tout prochains jours pour faire le point de la situation.

Partager :

SKE__cbus_4824210306ANPLENIERE_mGlis

Des progrès significatifs sont observés dans la pacification des provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Le tableau sécuritaire est ainsi prometteur avec notamment de nombreux cas des redditions des miliciens, la reprise du contrôle par les Forces armées de la République démocratique du Congo de plusieurs localités jadis sous occupation des groupes armés ainsi que l’intensification des offensives des FARDC sur le terrain. Voilà qui a motivé le gouvernement de la République à solliciter et obtenir de l’Assemblée nationale la prorogation de l’état de siège, proclamé le 3 mai, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, pour une période de 15 jours, qui prend cours le 6 juin 2021. Devant la représentation nationale, la ministre d’État, ministre de la Justice et garde des sceaux, Rose Mutombo, promet une communication du chef de l’État dans les tout prochains jours pour faire le point de la situation.

Au terme de la plénière du jeudi 3 juin 201 dirigée par Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, speaker de la Chambre basse du Parlement, les députés nationaux ont autorisé la prorogation de l’état de siège, proclamé le 3 mai, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu pour une période de 15 jours, qui prend cours le 6 juin 2021.

Soumis à la plénière en procédure d’urgence, ce projet de loi constituait une nouvelle matière qu’il fallait inscrire au calendrier des travaux de la session et à l’ordre du jour de la plénière, dérogeant à l’article 147, alinéa 1er du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Avant  de procéder à son vote, Mme Rose Mutombo, ministre d’État, ministre en charge de la Justice, a présenté l’économie du projet de loi portant autorisation de la  prorogation de l’état de siège sur une partie du territoire national.

« Il vous souviendra qu’en date du 3 mai, en  raison de la situation sécuritaire préoccupante dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, conformément aux dispositions pertinentes de l’article 85 de la Constitution, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, a pris deux ordonnances. La première, n° 21/015, porte proclamation de l’état de siège dans les deux provinces précitées et la seconde, n°21/016, se rapporte aux mesures d’application de l’ordonnance sus-évoquée », a-t-elle exposé.

Aux termes de l’article 85, la Constitution stipule que « lorsque les circonstances graves menacent d’une manière immédiate l’indépendance ou l’intégrité du territoire national, ou qu’elle provoque l’interruption du fonctionnement régulier des institutions, le président de la République proclame l’état d’urgence ou l’état de siège conformément aux articles 144 et 145 de la Constitution ». Le présent projet de loi se fonde sur l’art.144, alinéa 4 et 5 de la Constitution, qui dispose que « L’état d’urgence ou l’état de siège est proclamé sur tout ou partie du territoire de la République pour une période de 30 jours ».

Évaluation de l’état de siège

Le délai de 30 jours expire ce 5 juin et dans ce contexte, l’ordonnance proclamant l’état d’urgence ou l’état de siège cesse de plein droit de produire ses effets après l’expiration du délai prévu à l’alinéa 3 de l’article 85 de la Constitution, à moins que l’Assemblée nationale ou le Sénat, saisi par le président de la République, sur décision du Conseil des ministres, n’en ait autorisé la prorogation pour des périodes successives de 15 jours, a rappelé par ailleurs la ministre Rose Mutombo de la Justice.

À l’issue de ce vote, les députés de l’Ituri ont demandé l’évaluation de l’état de siège, 30 jours après, car sur le terrain, la situation empire au jour le jour. « L’espoir qui était perceptible commence à s’envoler. Les résultats annoncés par la ministre ne sont pas suffisants. Ce qu’on n’a pas réalisé en 30 jours, peut-on le réaliser en 15 jours ? », se sont par ailleurs interrogés ces élus nationaux. Avant de faire observer que les rebelles sont dissimulés parmi la population. « Ils mangent avec elle avant de commettre des exactions dans la nuit ».

Les élus nationaux du Nord-Kivu ont, pour leur part, proposé la nomination des personnalités militaires jusqu’aux entités territoriales décentralisées.

 « Il faut militariser le secteur pour que la population sente qu’il y a réellement état de siège », a suggéré le député Lusenge.

Les élus du peuple ont joué leur carte, au président de la République de jouer la sienne, en corsant la mise afin que les mesures édictées pour l’état de siège soit réellement appliquées.

Le Potentiel

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi