Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Condamnation de Kamerhe : La police disperse la manifestation des militants de l’UNC à Barumbu

Devant leur siège national dans la commune de Barumbu, ces militants en colère ont brûlé des pneus.

Partager :

SKE__cbus_0748211606POLICEAUSIGEDEUNC_mGlis

Les militants de l’Union pour la nation congolaise (UNC) ont manifesté, mercredi 16 juin, pour s’opposer au verdict rendu par la Cour d’appel, le mardi 15 juin, infligeant 13 ans de prison à Vital Kamerhe, président national de leur parti.

Devant leur siège national dans la commune de Barumbu, ces militants en colère ont brûlé des pneus. Aussitôt informés de cette manifestation, les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) ont envahi le siège de l’UNC pour disperser les manifestants.

L’ancien directeur de cabinet du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi a été condamné en appel à 13 ans de prison, alors que son co-accusé, l’homme d’affaires Jammal à 6 ans des travaux forcés.

Le parti de l’ancien président de l’Assemblée nationale sous Kabila a mal digéré cette sentence réduite de 7 ans. Raison pour laquelle son secrétaire général, Billy Kambale, a convoqué en urgence une réunion du bureau politique de ce parti, hier mercredi 16 juin.

À l’issue de cette réunion tenue à son siège, situé dans la commune de Barumbu, l’Union pour la nation congolaise a décrété le début des manifestations sur l’ensemble de la République démocratique du Congo pour réclamer l’acquittement de leur président national.

« Nous étions en train de suivre de près l’évolution du dossier. Nous remercions les juges parce qu’ils ont fait leur travail. Maintenant laissez aussi la politique faire son travail. La première décision que nous vous annonçons c’est le début des manifestations sur toute l’étendue de la RDC. Les mesures barrières ne nous concernent pas », a-t-il déclaré devant des cadres et militants du parti.

La Cour d’appel a condamné le président national de l’UNC, Vital Kamerhe à 13 ans de prison ferme dans le procès 100 jours dont il était accusé d’avoir détourné les fonds destinés à la construction des maisons préfabriquées.

LP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi