Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Baisse de prix des surgelés : Le gouvernement accorde 48 heures aux importateurs

Dos au mur face aux éclaircissements des représentants de l’État, les importateurs ont été rappelés à l’ordre.

Partager :

SKE__cbus_5623211407SURGELESPOISSONS_mGlis

Le ton change et il est haussé. Plus de mesure de grâce. Comme pour dire le temps d’amadouer les importateurs est révolu. Tout sera fait au seul nom de l’intérêt du peuple. Et c’est de cet intérêt que le gouvernement tient à imposer le « juste prix » des produits surgelés d’importation. Un délai de 48 heures a été accordé aux importateurs des produits surgelés pour baisser les prix. Après d’intenses pourparlers avec ses partenaires de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et à l’issue des éclaircissements et témoignages collectés auprès de ses services techniques, notamment la Direction générale de migration (DGM), la Congolaise des voies maritimes (CVM), les Lignes maritimes congolaises (LMC) et la mairie de Matadi,  le gouvernement a décidé de passer à la vitesse supérieure. En effet, à l’issue d’une réunion de concertation entre toutes les parties concernées par ce dossier, le ministre de l’Économie nationale, Jean-Marie Kalumba, estime que les importateurs ne jouent toujours pas franc-jeu et se cachent derrière des faux-fuyants, en accusant – à tort – les services de l’État d’alourdir la structuration des prix des produits concernés. D’ailleurs, renseigne une source proche du ministère de l’Économie, « ils ont été incapables de soutenir leur argumentaire devant les services de l’État accusés à tort de percevoir des taxes impactant les prix des produits surgelés sur le marché ». Dans deux jours donc, les importateurs des produits surgelés dont EGAL, Sokin, Socimex…, devront se plier aux mesures prises par le gouvernement et appliquer les nouvelles tarifications des prix de vente des produits surgelés tels que fixés par l’État congolais. Faute de quoi, ils se verront appliquer la rigueur de la loi.

Au cours d’une réunion qu’il a présidée, mardi 13 juillet 2021, le ministre de l’Économie nationale, Jean-Marie Kalumba, a haussé le ton face aux tergiversations des importateurs des produits surgelés à baisser les prix sur le marché.

La détermination du ministre de l’Économie nationale s’est affichée, mardi, lors d’une réunion ayant mis d’un côté les importateurs des produits surgelés et, de l’autre, les services de l’État souvent accusés d’alourdir la structuration des prix des produits concernés. Il s’agit de la Direction générale de migration (DGM), la Congolaise des voies maritimes (CVM), les Lignes maritimes congolaises (LMC) et la mairie de la ville portuaire de Matadi, principal point d’entrée de ces produits importés.

Lors de cette rencontre, renseigne une source proche du ministère de l’Économie, les importateurs des surgelés dont EGAL, Sokin, Socimex…, « sous pression, ont été incapables de soutenir leur argumentaire devant les services de l’État accusés à tort de percevoir des taxes impactant les prix des produits surgelés sur le marché ».

Dos au mur face aux éclaircissements des représentants de l’État, les importateurs ont été rappelés à l’ordre. Ainsi, le ministre Jean-Marie Kalumba qui veut aller jusqu’au bout de sa logique, leur a accordé 48 heures pour baisser les prix de leurs produits surgelés.

Dans ces entrefaites, c’est le maire de Matadi, Patty Nzuzi, qui est venu enfoncer le clou, en mettant à nu les importateurs, en évoquant la loi en la matière.

Un chemin de non-retour

Après les échanges qu’il a eus avec les parties concernées par la baisse des prix, le ministre de l’Économie nationale a fait part aux membres du Comité de conjoncture économique de l’évolution des discussions en rapport avec la baisse des prix des produits surgelés. À en croire son collègue du Plan, Christian Mwando Nsimba Kabulo, il y aura bel et bien baisse des prix des produits surgelés. Comme pour dire, le gouvernement a amorcé un virage de non-retour.

« Nous avons parlé des produits de première nécessité, sujet exposé par le Ministre de l’Economie. Il a fait état de la rencontre qu’il a eue avec les directeurs des entreprises publiques. Cela a confirmé que la baisse des prix des surgelés doit être effective incessamment. D’ailleurs, la baisse des prix a déjà commencé », a-t-il dit à l’issue de la réunion tenue, le mercredi 14 juillet 2021, à la Primature.

Il y a peu, après une mission de vérification effectuée en Namibie, premier exportateur des surgelés en RDC, le gouvernement avait décidé de baisser les prix des produits surgelés à travers le pays. Cette mesure n’avait pas enchanté les opérateurs économiques. Un bras de fer s’est engagé entre les deux parties, mais le gouvernement, sans fléchir, a pris les taureaux par les cornes, en plaçant les importateurs devant leur responsabilité.

Au cours du Conseil des ministres du vendredi 25 juin, le ministre de l’Économie Nationale avait fait le point  sur les concertations avec les opérateurs du secteur des produits surgelés dans le but de nettoyer la structure des prix de ces aliments de grande consommation pour aboutir au « prix juste ».

« Sur base des éléments recueillis et des déclarations faites par les opérateurs économiques ainsi que les informations obtenues sur les lieux d’approvisionnement en Namibie, l’analyse faite au niveau du Ministère de l’Économie Nationale a répertorié au moins 36 éléments irréguliers non incorporables dans les structures des prix qui les surchargent sensiblement et amenuisent par conséquent le pouvoir d’achat de la population ».

Les calculs faits par le ministre de l’Économie Nationale, élaguant toutes les incohérences, n’ont fait l’objet d’aucune contestation par les opérateurs du secteur lors des concertations », notait le compte rendu du Conseil des ministres. Dès lors, selon le ministère de l’Économie, les prix suivants devraient être appliqués pour les produits importés sur le marché de Kinshasa :

 – Cuisses de poulet : moins de 10 USD par carton de 10 kilos contre 21 USD pratiqué (soit 4 200 CDF le kilo) ;

– Poulet entier : autour de 10 USD par carton de 10 kilos contre 28 USD pratiqué (soit 5 600 CDF le poulet) ;

– Côtes de porc : autour de 15 USD par carton de 10 kilos contre 22,70 USD pratiqué (soit 4 540 CDF le kilo) ;

– Chinchards 16+ : autour de 17 USD par carton de 30 kilos contre 42,90 USD pratiqué (soit 2 860 CDF le kilo).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi