Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

L’ODEP organise une table ronde pour éradiquer la corruption en RDC

Cette activité s’inscrit dans le cadre d’un plaidoyer en vue d’obtenir les contrôles au sein des institutions publiques afin de s’assurer de la bonne gestion des fonds de l’État.

Partager :

SKE__cbus_1403212007ODEP_mGlis

L’organisation de cette activité s’inscrit dans le cadre d’un plaidoyer en vue d’obtenir les contrôles au sein des institutions publiques afin de s’assurer de la bonne gestion des fonds de l’État.

L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) organise depuis lundi 19 juillet 2021 à Kinshasa, une table ronde-atelier d’échanges et de renforcement des capacités des acteurs de la Société civile, pour lutter contre le fléau de corruption en République démocratique du Congo (RDC). L’organisation de ces travaux s’inscrit dans le cadre d’un plaidoyer en vue d’obtenir les contrôles au sein des institutions publiques afin de s’assurer de la bonne gestion des fonds de l’État.

Du 19 juillet au 23 juillet, la table ronde met autour d’une même table les acteurs de la Société civile et les acteurs étatiques sous différents types de contrôle. Plusieurs modules seront développés par les experts du domaine de contrôle, notamment les différents types de contrôle et leur importance, les défis des contrôles parlementaires dans le contexte politique et sociale actuel.

Les travaux de la table ronde portent essentiellement sur le développement des aspects juridiques et institutionnels. À l’issue de ces travaux de deux jours, les participants à cette table ronde devront formuler différentes recommandations devant permettre de contribuer à « éradiquer le fléau de la corruption en République démocratique du Congo ». Les aspects juridiques et institutionnels seront développés. Ce qui va permettre à chaque institution de contrôle de bien faire son travail.

Parmi les participants à cette table ronde, l’on signale, notamment la présence de l’inspecteur général des finances chef de service adjoint, Victor Batubenga,  les magistrats de la Cour des comptes ainsi que ceux du parquet général près la Cour des comptes.

« Cette table ronde poursuit plusieurs objectifs dont notamment le renforcement des connaissances des participants sur les aspects juridiques institutionnels, organisationnels et procéduraux des divers contrôles, sur la communication et les plaidoyers et sur les différents contrôles et leur importance dans l’éradication du fléau de la corruption et l’amélioration de la gouvernance », a déclaré le président du Conseil d’administration de l’ODEP, Florimond Muteba.

Il faut noter que dans la conception des organisateurs de la table ronde, le contrôle de la mobilisation des ressources publiques et de leur affectation constitue un enjeu majeur pour le développement et la réduction de la pauvreté en RDC comme d’ailleurs dans tous les pays du monde. Il représente un maillon important de la responsabilité devant garantir un engagement sur la performance et la transparence à tous les niveaux, particulièrement sur la gouvernance budgétaire dont les institutions de contrôle sont des acteurs capitaux. Il permet d’anéantir les pratiques courantes de la corruption à tous les niveaux.

Pour l’ODEP, la corruption demeure l’une des causes profondes du faible niveau de développement économique et social de la RDC.

« Les pots-de-vin permettent à des investisseurs d’obtenir des contrats léonins au détriment du bien public, les détournements de deniers publics érodent le budget qui pourrait servir à construire des routes, écoles et hôpitaux, etc. Un cercle vicieux devient de plus en plus ancré : l’argent est devenu le moyen par excellence d’accéder au pouvoir, et le pouvoir est le moyen d’accéder à l’argent », soutient l’ODEP.

Olivier Kaforo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi