Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Mines : Nicolas Kazadi annonce la création d’un Fonds d’investissement pour la diversification de l’économie

Selon le ministre des Finances, le projet de création de ce fonds est en cours d’élaboration en vue de « contribuer de manière significative, aux mécanismes de stabilisation de l’économie...

Partager :

SKE__cbus_2744210408MINESNICOLASKAZADI_mGlis

C’est une ingénieuse initiative dont le projet est en cours d’élaboration en vue de contribuer, de manière significative, aux mécanismes de stabilisation de l’économie et surtout ouvrir la voie au processus de développement pérenne.

L’annonce a été faite par le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, au cours d’une réunion qu’il a présidée, mardi 3 août. Ses invités étaient les opérateurs miniers œuvrant en la République démocratique du Congo.

Sans subterfuges, Nicolas Kazadi a annoncé la création d’un fonds d’investissement pour la diversification de l’économie congolaise. Selon le ministre des Finances, le projet de création de ce fonds est en cours d’élaboration en vue de « contribuer de manière significative, aux mécanismes de stabilisation de l’économie et surtout ouvrir la voie au processus de développement pérenne, cheval de bataille du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo », a précisé M. Kazadi.

Pour le ministre des Finances, le secteur minier reste le poumon de l’économie congolaise et les opérateurs miniers sont les « premiers partenaires et pourvoyeurs des recettes au Trésor public ». Grâce au Code minier conçu pour attirer les investisseurs étrangers, la montée fulgurante de ce secteur a permis à l’Etat congolais de maximiser les recettes, nonobstant les problèmes structurels qui demeurent pendants.

L’inspecteur général des finances et chef de service, Jules Alingete, qui a pris part à cette séance de travail, s’est voulu plus pédagogue. Il a ainsi exhorté les opérateurs miniers à se conformer aux dispositions légales, en ce qui concerne par exemple, le paiement de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et le rapatriement des recettes d’exportations, tel que l’a exigé le ministère des Finances.

Jules Alingete a insisté sur la nécessité de remettre de l’ordre de manière à accroître les recettes publiques. Dans cette optique, une mention spéciale a été faite sur l’utilisation rationnelle des ressources minières pour stimuler le développement des communautés locales.

Briser le climat de méfiance

Au-delà du débat juridique et fiscal pour une gestion harmonieuse et porteuse d’espoir pour les générations futures sur base des mines, il a été suggéré de renforcer le dialogue en multipliant les rencontres, sous la houlette du ministère des Finances afin d’examiner les différentes questions de manière circonstancielle. Cette proposition faite par Louis Watum, président de la Chambre des mines, a été adoptée sans atermoiement pour briser le climat de méfiance qui tend à élire domicile entre le gouvernement congolais et les opérateurs du secteur minier.

Par ailleurs, certains opérateurs miniers estiment que la question des contentieux douaniers relève simplement d’une illusion d’optique. Les douaniers sont soupçonnés de faire miroiter à l’Etat congolais des chiffres montés de toutes pièces. Pour apaiser la tension, le ministre des Finances a rappelé à ses interlocuteurs l’urgence de mettre en place une commission d’arbitrage, prévue dans le code douanier, pour dissiper les malentendus.

Possédant des gisements de plusieurs dizaines de minerais, la République démocratique du Congo n’exploite que plus ou moins une dizaine dont le cuivre, le cobalt, l’or, le diamant… C’est pourquoi Nicolas Kazadi s’emploie à la mise en place d’une Hotline pour enregistrer régulièrement les avis des uns et des autres sur les différentes solutions à proposer quant aux multiples difficultés auxquelles le secteur minier fait face.

Stanislas Ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi