Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Lutte contre l’exploitation illégale des minerais dans l’Est : La Chine soutient les efforts de la RDC

Partager :

SKE__cbus_2517210409MINESDANSLESTDELARDC_mGlis

Une équipe d’enquête du ministère des Mines est sur le terrain pour en savoir un peu plus sur l’exploitation illégale des minerais dans l’Est du pays. Entretemps, l’Ong « ACAJ » a publié la liste de 30 sociétés tenues par des étrangers qui opèrent de manière irrégulière dans la province de l’Ituri. Il s’agit, selon ACAJ, d’une maffia développée et entretenue depuis plusieurs années. Néanmoins, du côté de la Chine, c’est une réaction d’éclairage qui est faite face à la série des vidéos sur les réseaux sociaux faisant état de l’insoumission des sociétés minières chinoises aux lois de la RDC. Le Bulletin d’information de l’Ambassade de Chine en RDC met en exergue le soutien de la Chine aux efforts du gouvernement congolais visant à renforcer la gestion des ressources naturelles et à lutter contre la corruption. C’est ainsi que l’ambassade de la Chine en RDC a demandé aux entreprises chinoises concernées de collaborer étroitement avec les autorités congolaises. L’Ambassade espère que les droits et intérêts légitimes de ces entreprises soient bien respectés et protégés. Et en cas de confirmation des allégations portées contre ces entreprises, la partie chinoise leur imposera des sanctions, note-t-on dans ce bulletin de l’Ambassade.

Face aux allégations portées contre les entreprises étrangères, notamment chinoises, dans l’exploitation illégale des mines dans l’Est de la RDC, l’ambassade de la Chine en RDC a donné de la voix.

Tout en comprenant l’indignation que ce comportement peut susciter au sein de l’opinion congolaise, l’ambassade de la Chine attend plutôt les résultats de l’enquête en cours pour savoir si les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux correspondent bien à la réalité. 

Dans tous les cas, la position du gouvernement chinois est connue. Ce dernier s’oppose à toute exploitation illégale des ressources naturelles en RDC et en Afrique. 

Ainsi, le comportement d’un, deux ou trois Chinois indélicats ne peut en aucun cas éclabousser l’ensemble de la communauté chinoise. Car, sur terrain, dans les secteurs public et privé, les chinois œuvrent toujours dans le respect de la coopération avec la RDC.

Le ministre Conseiller, M. Wang Hailong, deuxième personnalité de l’ambassade de Chine en RDC, l’a dit, au cours d’un entretien exclusif avec Le Potentiel, vendredi 3 septembre au siège de l’ambassade de Chine à Kinshasa. De cet échange élargi à M. Fred Zhang, directeur adjoint du secrétariat général de la Sino-Congolaise des Mines (Sicomines), il a été démontré que la Sicomines qui a atteint jusqu’à fin 2020, 1,006 milliard Usd en terme d’investissement cumulé aux infrastructures de la RDC, est le genre de projet créateur de richesse dont la RDC a bien besoin. Il s’agit d’un exemple qui prouve que la structure d’investissement de la Chine pourrait servir de solution partielle pour l’Afrique ayant une demande urgente sur l’investissement d’infrastructures de capital à forte intensité et une modernisation économique.

Dans la foulée, le bulletin d’information de l’Ambassade de Chine en RDC du vendredi 3 septembre souligne en gras la position de la Chine sur l’exploitation illégale des mines en RDC.

LP

Ci-dessous Bulletin d’information de l’Ambassade de Chine en RDC

– L’Ambassade de Chine en RDC a remarqué que le Gouvernement provincial du Sud-Kivu a pris récemment des mesures pour lutter contre l’exploitation illégale des mines dans cette province, et tient à réitérer que le Gouvernement chinois s’oppose fermement l’exploitation minière illégale et demande toujours aux entreprises et ressortissants chinois en RDC de respecter strictement les lois et réglementations congolaises.

Nous soutenons les efforts du Gouvernement congolais visant à renforcer la gestion des ressources naturelles et à lutter contre la corruption. Ayant demandé les entreprises chinoises concernées de collaborer étroitement avec les autorités congolaises, l’Ambassade espère que les droits et intérêts légitimes de ces entreprises soient bien respectés et protégés. En cas de confirmation des allégations portées contre ces entreprises, la partie chinoise leur imposera des sanctions. 

– Hautement attentive à la vidéo intitulée Chronique : En finir avec la traite négrière en Afrique diffusée sur les réseaux sociaux, l’Ambassade de Chine en RDC a saisi les autorités congolaises pour vérifier la réalité. Mais nous pouvons déjà constater dans un premier temps des fake news dans cette vidéo :

Premièrement, cette vidéo commence par un fragment dans lequel un agent de sécurité d’entreprise minière se met à fouetter un employé en le faisant rouler dans la boue, il s’agit en fait d’une vidéo apparue sur Internet il y a quelques années et tournée ailleurs, qui n’a aucun rapport avec les entreprises chinoises en RDC.

Deuxièmement, concernant l’endommagement d’un pont par un camion de marque Mitsubishi que le producteur de la vidéo attribue aux entreprises chinoises sans aucun détail précis, notre vérification le contredit. Ce camion n’appartient pas à aucune entreprise chinoise se trouvant sur place. Bien au contraire, c’est plutôt une entreprise chinoise qui a financé les travaux de réparation dudit pont.

Troisièmement, le producteur de la vidéo a affirmé qu’il était avec le Ministre provincial de Mines qui avait pris rendez-vous pour effectuer une visite dans une société minière chinoise, et qu’ils ont utilisé des motos pour y arriver, mais sans avoir trouvé les chinois qui auraient fermé la porte avant de fuir pour empêcher cette visite. En effet, c’était l’ancien Ministre provincial de Mines qui a fait le trajet et la société chinoise concernée n’a jamais reçu une demande de visite de leur part, ni était au courant de l’arrivée de la délégation.

Par ailleurs, parmi les six entreprises minières dont leurs activités d’exploitation dans le territoire de Mwenga (Sud-Kivu) ont été suspendues, au moins trois entreprises sont disposées par des citoyens de nationalité américaine et congolaise, au lieu de chinoise.

– Nous avons également remarqué que certains médias et personnes malintentionnés ont dramatisé la question pour susciter au sein de la population des sentiments d’hostilité et de xénophobie envers des investisseurs étrangers. L’Ambassade condamne catégoriquement toutes ces démarches de diffamation et d’incitation à la haine et invite le peuple congolais à rester hautement vigilants à ces tentatives cherchant à user de quelques cas individuels pour ternir l’image de la Chine et saboter la coopération amicale sino-congolaise.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi