Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Etat de siège : Les FARDC reprennent le contrôle du « Triangle de la mort »  

La traque des forces négatives qui sèment la désolation dans les provinces du Nord-Kivu et Ituri évolue progressivement.

Partager :

SKE__cbus_2152212709ESTDELARDC_mGlis

Situé entre les localités de Mbau, Kamango et Eringeti dans la province du Nord-Kivu, la zone désignée comme « Triangle de la mort » depuis en 2014 en raison des massacres continus de populations civiles par les ADF, est désormais sous le contrôle des Forces armées de la RDC (FARDC). Le ministre de la Défense nationale et Anciens combattants qui l’a annoncé en Conseil des ministres, le vendredi 25 septembre 2021, range cet exploit dans le registre des avancées relatives à l’état de siège dans cette partie du pays.

La traque des forces négatives qui sèment la désolation dans les provinces du Nord-Kivu et Ituri évolue. 

En effet, l’engagement du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo de mettre fin à l’insécurité dans l’Est du pays ainsi que la détermination des FARDC, à travers l’état de siège décrété dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, fait une moisson importante.

C’est le cas de le dire en ce qui concerne la zone dite « Triangle de la mort ». Comprise entre les localités de Mbau, Kamango et Eringeti, ce couroi dans la province du Nord-Kivu qui enregistrait depuis 2014 une importante recrudescence des massacres continus des populations civiles par les ADF, a été reprise par l’armée régulière.

« Si l’Etat avait perdu le contrôle de plusieurs localités dans le Triangle de la mort situé dans le Nord, grâce à l’état de siège, les FARDC ont délogé les hors-la-loi dans tous leurs bastions dont la célèbre vallée de Mwalika et Mayangose », a annoncé le ministre de la Défense nationale en Conseil des ministres du vendredi 25 septembre 2021, note le porte-parole du gouvernement dans son compte-rendu.

A en croire le ministre de la Défense nationale, cité par la même source, la situation sécuritaire demeure calme et sous contrôle des Forces de défense et de sécurité en dépit de quelques foyers d’insécurité qui persistent encore dans la partie Est du pays où les opérations militaires se poursuivent dans le cadre de l’état de siège.

« Autant l’ennemi innove dans son mode opératoire, autant les FARDC croissent en degré d’adaptation des moyens en leur disposition. L’objectif étant de restaurer la sécurité, la paix et l’autorité de l’Etat dans cette partie du territoire national », relève le Conseil des ministres.

Présentant un bilan partiel des opérations sur le terrain, le ministre de la Défense nationale et Anciens combattants a fait savoir que les groupes armés CODECO, FRPI, FPIC et ADF-MTN sont les principaux acteurs de l’insécurité et sont traqués dans cette partie du pays.

Ils ont excellé dans les exactions sur la population civile, les tueries, les affrontements interethniques, l’interruption du trafic sur la RN27 et la RN 4 ainsi que le banditisme urbain.

Et de noter qu’avant l’avènement de l’état de siège, la situation se présentait comme suit : « Le groupe CODECO occupait tous les sites miniers et imposait des taxes illégales dans sa zone d’influence ; le groupe FRPI occupait toute la partie Sud de Bunia, commettant les mêmes exactions ; le FPIC, dérivé de CODECO partageant le même espace que ce dernier, y régnait en maître absolu ; les ADF, quant à eux, occupaient le Sud d’Irumu, notamment, les localités de Machini et Mapipa dans la chefferie de Boga, localités conquises jusqu’il y a peu et reprises par les FARDC ».

Cependant, a souligné le ministre de la Défense nationale, à ce jour, les avancées majeures ont été enregistrées.

C’est le cas de : « Des offensives d’envergure ont été menées par les FARDC dans les espaces infestés, ce qui a permis la reprise du contrôle d’importantes localités ; Si l’Etat avait perdu le contrôle de plusieurs localités dans le triangle de la mort situé dans le Nord, grâce à l’état de siège, les FARDC ont délogé les hors-la-loi dans tous leurs bastions dont la célèbre vallée de Mwalika et Mayangose ; dans le Nord-Kivu, plusieurs retranchements d’ADF ont été nettoyés et repris par les FARDC autant que 37 localités ».

Ce, avant de réitérer la détermination des forces de défense et de sécurité de mettre hors d’état de nuire ces ennemis du peuple congolais.

Joyce Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi