Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Réformes de la Fonction publique :  Jean-Pierre Lihau face au défi de la maîtrise des effectifs réels

Partager :

SKE__cbus_0649210510LIHAUETMYAYA_mGlis

L’État doit disposer d’une administration forte, une machine qui soit à la hauteur des enjeux. Le vice-Premier ministre en charge de la Fonction publique, modernisation et innovation des services publics est à l’œuvre pour relever ce défi. Sa priorité, la maîtrise des effectifs. Aujourd’hui, sur base de la numérisation des anciennes listes, la création du FRAME 2 est en cours. Et il y aura un data center pour identifier tous les agents publics où qu’ils soient. Modernisation, numérisation, rajeunissement de l’administration publique, etc., l’agenda des réformes est autant volumineux.

L’un des gros dossiers sur la table du gouvernement des Warriors de Sama Lukonde, c’est la réforme de l’administration publique. La consécration de la Fonction publique en une vice-Primature témoigne, en effet, de la détermination du président Félix Tshisekedi à faire bouger les lignes dans un pays où depuis plus de trente ans, des réformes sont engagées, des contrôles effectués pour tenter de rationaliser les moyens, mais les résultats peu reluisants.

Dans ces conditions d’une administration publique malade de plusieurs pathologies que le vice-Premier ministre en charge de la Fonction publique, modernisation et innovation des services publics se lance dans la bataille.

Convié au rendez-vous de redevabilité mardi 5 octobre devant les médias et en direct sur la télévision nationale (RTNC), Jean-Pierre Lihau aux côtés de Patrick Muyaya, rassure de multiplier des efforts pour mettre fin notamment, à l’obsolescence du cadre juridique; au recrutement non planifié; au vieillissement de ressources humaines; à l’absence de formation; à l’inadéquation entre agents recrutés et postes de déploiement; à la faible qualité de prestations de service publiques; aux faible conditions salariales, etc.

Sa priorité est celle de maîtriser les effectifs. C’est ainsi qu’il a créé un fichier de l’administration publique avec une série de recensement. Aujourd’hui, sur base de la numérisation des anciennes listes, ils sont en train de créer FRAME 2. Il y aura un data center pour identifier tous les agents publics où qu’ils soient. Grâce à la Banque mondiale, 200 valises mobiles d’identification feront le tour des administrations pour débuter l’opération d’octroi de cartes pour chaque agent avec QR code.

S’agissant du défi de rajeunissement de l’administration publique, Lihau a rappelé qu’en 2013, l’école nationale de l’administration (ENA) a été créée pour résoudre cette équation. Jusque-là, 2000 jeunes étaient recrutés même si l’intégration est mise en mal à cause de la présence des seniors qui ont dépassé l’âge de la retraite. Ils sont près de 35 milles agents éligibles à la retraite.

Retroussant ses manches, le vice-Premier ministre Jean-Pierre Lihau s’active déjà dans la modernisation de l’administration publique. Ce qui implique d’abord le cadre juridique, le statut des agents de l’état. Il y aussi une cinquantaine de règlement d’application qui n’ont pas été modifié depuis 40 ans.

Dans la foulée, le vice-Premier ministre en charge de la Fonction publique, modernisation et innovations des services publics travaille pour la dématérialisation de l’administration publique. Il doit donc être opérer une mutation vers la numérisation.

Entretemps, la question de la modernisation de l’environnement du travail le préoccupe autant tout comme celle des conditions salariales. A ce sujet, le VPM en charge de la Fonction publique compte mécaniser et résoudre le problème de fonctionnaires non payés avec le phénomène NU (nouvelle unité). Sa bataille est celle de résoudre et mécaniser tous ces agents et régulariser progressivement avec un dialogue constructif avec le banc syndical.

Pitshou Mulumba

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi