Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Mgr Ettore Balestrero : « l’Eglise catholique participe au processus électoral pour donner sa contribution à la démocratie »

Partager :

SKE__cbus_2022210610NONCESAPOSTOLIQUES_mGlis

Le processus électoral en cours en RDC intéresse au plus haut point la communauté internationale.  C’est le sens du ballet diplomatique qui se déploie depuis quelque temps au cabinet du speaker de la Chambre basse du Parlement. Après l’Union européenne le 1er octobre, les Etats-Unis et la Russie le 5 octobre, c’est le tour de Mgr Ettore Balestrero, nonce apostolique représentant le Saint siège en RDC, de franchir le seuil du bureau de Christophe Mboso ce mercredi 6 octobre.

Au menu des échanges, entre autres le processus électoral. Si les deux premiers ont insisté sur la nécessité de tenir les élections dans le délai, le représentant du Pape François est venu rappeler le seul objectif pour lequel l’Eglise catholique participe au processus électoral.

« C’est pour donner sa contribution à la démocratie en RD Congo, à travers les élections qui soient inclusives, crédibles et apaisées en 2023. Car le bien-être du peuple congolais en dépend. Et le premier objectif de l’Eglise, c’est de sauvegarder la démocratie pour le bien-être du peuple congolais ».

Venu à l’invitation du speaker de la Chambre basse du Parlement, Mgr Balestrero a également rappelé que dans le processus de désignation des animateurs de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), l’Eglise catholique romaine encourage le dialogue et les consultations entre parties prenantes.

« Le dialogue et cette consultation sont la preuve qu’il y a la possibilité de continuer dans ce processus pour avoir un consensus qui soit la victoire de la démocratie, de ce processus et de son indépendance. C’est la raison même d’être des confessions religieuses dans cette plateforme qui existe. C’est pour avoir des positions communes pour des sujets importants qui touchent au bien-être du peuple congolais », a renchéri Mgr Ettore Balestrero.

Pour lui, la dissension entre les confessions religieuses donne encore des espaces pour continuer le travail et parvenir au consensus.

La présidence congolaise de l’UA au cœur du débat

Avec Mme Michelle H.N. Ndiaye, représentante spéciale du président de la Commission et cheffe du bureau de liaison de l’Union africaine en RDC, le président de l’Assemblée nationale a abordé des sujets de la présidence en exercice de l’Union africaine ainsi que le rôle des parlements dans la mise en œuvre de cette présidence en exercice.

« Il y a énormément d’instruments juridiques de l’UA qui sont d’une importance capitale pour la RDC ainsi que pour toute l’Afrique. Nous avons également discuté de la ratification par la RDC de différents instruments juridiques ainsi que de l’actualité en RDC », a déclaré Michelle Ndiaye au sortir de l’audience.

S’agissant de la vision de l’UA, la question a été abordée sous l’angle de la perspective de savoir comment les différents parlements doivent se mettre ensemble pour jouer un grand rôle afin que le parlement africain ait un pouvoir législatif.

Pour le moment, a-t-elle précisé, c’est un pouvoir de conseil. C’est important, bien sûr, le rôle de la présidence en exercice et le plaidoyer qu’il y a à mener autour de cette question qui n’est pas facile à régler, parce qu’il y a des questions de souveraineté des Etats.

Raison pour laquelle Mme Michelle Ndiaye a jugé utile de recueillir la voix du président de l’Assemblée nationale qui a mené un plaidoyer dans le sens même.

Le président Mboso s’est, de son côté, dit favorable à la démarche qui, rappelons-le, est un combat de longue haleine.

Pour y arriver, a estimé Mme Ndiaye, il importe d’avoir un parlement africain sérieux qui délibère au niveau continental tout en gardant, bien sûr, les parlements nationaux, avec leur force au niveau national et au niveau d’élaboration des lois, mais aussi l’intégration de cette domestication des instruments juridiques au niveau continental.

St Augustin K

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi