Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Éprouvante course d’obstacles

Qu’adviendrait-il du Rapport de la Commission paritaire mixte déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale en vue de l’entérinement du nouveau staff dirigeant de la Céni ?

Partager :

SKE__cbus_4118211610RAPPORTCENIAN_mGlis

Qu’adviendrait-il du Rapport de la Commission paritaire mixte déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale en vue de l’entérinement du nouveau staff dirigeant de la Céni ? Dans les sphères politiques, chacun retient son souffle, car l’absence de consensus au sein de la plateforme « confessions religieuses » semble avoir plombé l’avenir.

Est-ce que le Rapport n’a fait que la promotion de l’unique candidat plébiscité par les six confessions religieuses en compétition avec les deux autres ? Toutes les forces politiques y ont-elles clandestinement délégué leurs représentants ?

Des questions. Rien que des questions. On sait par ailleurs, d’un côté, que l’opposition politique, dont se réclament le FCC et Lamuka, a officiellement décliné sa participation à cet exercice tant que ses exigences n’auront pas trouvé d’écho.

On sait, de l’autre côté, que les attentistes, notamment Ensemble pour la République, conditionnent leur engagement à la connaissance préalable des postes qui leur seraient attribués au sein du bureau de la Céni. Bien malin, dans ce cache-cache, quiconque peut dévoiler la position réelle des acteurs rompus à la duplicité et à la trahison.

Quel sera le sort du Rapport à l’Assemblée ? Question lancinante. En résumé, si la Commission paritaire a fait son boulot, il revient au bureau de programmer une plénière. C’est donc la plénière qui est habilitée à se prononcer sur le document. Dans le rapport de force qui se profile, l’issue du vote peut être esquissée. N’empêche.

Divers arbitrages antérieurs n’ayant pas réconcilié les « religieux », le verdict de l’Assemblée sera transmis en l’état au président de la République. Pour, soit la signature d’une ordonnance d’investiture. Soit le retour à la case départ. Que du temps et des énergies perdues ! D’ici à l’échéance 2023, la RDC sera soumise à une éprouvante course d’obstacles. Du fait de ses politiciens et pasteurs.

Le Potentiel

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi