Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Incursion de l’armée rwandaise : la RDC prend à témoin la CIRGL

« La diplomatie et la négociation sont dans la grande majorité des situations préférables à la guerre ». La RDC reste dans cette approche qui n’est pas une faiblesse...

Partager :

SKE__cbus_1630211910INCURSIONRWANDAISEENRDC_mGlis

Comme se plaisait à le répéter et avec raison Churchill, « la diplomatie et la négociation sont dans la grande majorité des situations préférables à la guerre ». La RDC reste dans cette approche qui n’est pas une faiblesse, mais une manière de déjouer tous les coups démontrant le manque de franchise de certains voisins de la sous-région. Voilà pourquoi, après l’incursion, lundi 18 octobre 2021, de l’armée rwandaise à Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo, les FARDC vont saisir le mécanisme conjoint de vérification de la Conférence internationale sur la région des Grands-Lacs (CIRGL). « (…) C’est la structure appelée à gérer les différends entre les États de la sous-région. C’est devant cette structure que l’armée rwandaise pourra présenter le pourquoi de sa présence ce lundi en République démocratique du Congo », a indiqué le colonel Guillaume Njike, porte-parole de la 34e région militaire. Alors que, sans attendre une quelconque vérification du mécanisme conjoint, l’ambassadeur du Rwanda en RDC, à vite minimisé les faits, en parlant « d’un incident mineur » et « d’une erreur » qui se répètent souvent lorsque les militaires rwandais poursuivent des personnes qui passent frauduleusement du Rwanda vers le territoire de Nyiragongo avec des colis suspects. Est-il permis à un Etat de poursuivre ses « fraudeurs » jusqu’à l’intérieur d’un pays voisin sans en avertir au préalable les autorités de l’État concerné ? C’est la question que se posent des experts.

Une compagnie de Rwanda defence forces (RDF) a fait incursion dans le groupement Buhumba (territoire de Nyiragongo) à la frontière entre le Rwanda et la RDC, lundi 18 octobre 2021. Les forces armées des deux pays se sont affrontées aux armes individuelles et d’appui, selon les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

« Il y a eu incursion des militaires rwandais à Kibumba dans la matinée de ce lundi. Ils ont été contenus par les forces armées de la République démocratique du Congo jusqu’à l’arrivée du renfort, ils ont rebroussé. C’est une incursion d’au moins une compagnie de l’armée rwandaise qui s’est retrouvée sur le sol congolais. Ils ont tiré aux armes d’appui, aux armes individuelles. La situation est sous contrôle », a indiqué le colonel Guillaume Njike, porte-parole de la 34e région militaire.

Selon notre correspondant à Goma, la cité de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo, s’est vidé de sa population hier lundi 18 octobre à la suite des accrochages entre des militaires de la RDC et ceux du Rwanda qui ont fait une incursion dans cette contrée du Nord-Kivu.

Controverse autour d’une incursion

Selon l’ambassadeur du Rwanda en poste à Kinshasa, Vincent Karega,  il s’agit « d’un incident mineur » qui se répète souvent lorsque les militaires rwandais poursuivent des clandestins. Cependant, le Colonel Ndjike Kaiko, porte-parole du secteur opérationnel Nord-Kivu Sokola 2, a soutenu qu’il s’agit réellement d’une incursion des militaires rwandais sur le sol congolais. Il les accusait d’occuper 6 villages où ils ont pillé les biens de la population lors de leur retranchement.

« Ce qui est vrai nous avons réussi à récupérer une arme et de l’autre côté ils ont aussi récupéré une arme. En faisant cette incursion, ils ont tiré à balles réelles, il y a eu de pillage à leur retour », a-t-il indiqué.

Selon les informations recueillies sur place, un accrochage a opposé des militaires rwandais aux éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo suite à une traversée irrégulière des militaires rwandais sur le sol congolais.

D’une part, les autorités rwandaises via son ambassadeur accrédité à Kinshasa parlent « d’un incident mineur » et « d’une erreur » qui se répètent souvent lorsque les militaires rwandais poursuivent des personnes qui passent frauduleusement du Rwanda vers le territoire de Nyiragongo avec des colis suspects.

« Ayant juste dépassé quelques mètres de la frontière, les Forces armées de la République démocratique du Congo  s’en sont pris sans savoir le vrai motif aux militaires rwandais qui suivaient les fraudeurs pour les identifier et identifier leurs colis. Il y a eu des tirs en l’air de part et d’autre et non un échange des tirs entre deux armées comme disent certaines personnes. Nous avons de très bonnes relations avec la RDC et dernièrement j’étais à Goma pour le lancement du vol RwandAir à Goma », a indiqué l’ambassadeur du Rwanda en poste en République démocratique du Congo, Vincent Karega. 

Cependant, du côté congolais, le Colonel Ndjike Kaiko, porte-parole du secteur opérationnel Nord-Kivu Sokola 2,  a déclaré qu’il s’agit réellement d’une incursion des éléments des Forces armées rwandaises sur le sol congolais à Kibumba en territoire de Nyiragongo avec un motif qui n’est pas bien défini jusque-là.

« Ils avaient occupé du coup 6 villages et sont arrivés jusqu’à 200 mètres de la Route nationale numéro 2. Pourquoi des tels actes alors que nous sommes tous membres du Mécanisme conjoint de vérification élargie qui, d’ailleurs, sera saisi incessamment pour qu’on définisse le mobile qui a poussé à cette incursion sur le sol congolais. Nous sommes passés à l’offensive et avons récupéré une arme du militaire rwandais que nous allons présenter officiellement à la presse. D’autres bilans seront présentés plus tard », a souligné le porte-parole du secteur opérationnel Nord-Kivu Sokola 2. Avant de déplorer également des pillages orchestrés par des militaires rwandais lors de leur retranchement.

La situation est redevenue calme dans la soirée et la population a regagné les villages qui ont été attaqués.

Le Potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi