Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Grogne à la SCTP : Les agents et cadres exigent la fermeture des ports illégaux et le paiement de leurs arriérées

Partager :

SKE__cbus_5202212210MANIFESTATIONSCTP_mGlis

La tension est montée d’un cran dans la matinée de ce vendredi 22 octobre à la Société congolaise des Transports et des Ports (SCTP Ex-ONATRA). Les agents et cadres qui ont déclenché le mouvement de grève en exigeant notamment, la fermeture des ports illégaux, ont tenté de manifester dans l’enceinte de la société et sur le boulevard du 30 juin où ils ont brulé des pneus. La police est intervenue pour rétablir l’ordre en faisant usage au gaz lacrymogène. Et les grévistes répondaient par des jets des projectiles.

Quelques manifestants interrogés révèlent qu’il s’agit d’une grève illimitée qui vient d’être déclenchée pour exiger au gouvernement Sama Lukonde de matérialiser les promesses du chef de l’État Félix Tshisekedi, notamment la fermeture de tous les ports privés illégalement construits le long du littoral maritime de Matadi à Banana, dans la province du Kongo Central.

« Trop c’est trop ! Nous sommes en colère. Nous invitons Sama Lukonde à s’impliquer dans notre situation. Nous souffrons (…). Qu’il ordonne la fermeture des ports illégaux. Et, nous demandons qu’il épure nos arriérés de salaire de plus de 20 mois », a dit un agent sous le sceau de l’anonymat. Avant de solliciter l’appui du chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, pour la concrétisation de sa promesse, laquelle vise à améliorer les conditions socioéconomiques des Congolais.

Pour rappel, le ministre des Transports, Voies de communication et de Désenclavement, Chérubin Okende, avait présidé une grande réunion interministérielle, au mois de septembre dernier, autour de la question liée à la fermeture des ports privés illégaux et clandestins. Le gouvernement avait promis de tout mettre en œuvre pour l’exécution de cette décision. Il convient de noter que cela ressort d’une décision du président Félix Tshisekedi, prise lors d’un Conseil des ministres sous le gouvernement Ilunkamba.

LP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi