Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

CENI, état de siège, gratuité de l’enseignement, RAM, … : L’ECC donne de la voix ce mardi

Partager :

SKE__cbus_2953212510ecc_mGlis

C’est ce mardi 26 octobre 2021, que l’Eglise du Christ au Congo (ECC) devra donner de la voix sur la marche à suivre au regard du développement de l’actualité sociopolitique du pays. En effet, de l’entérinement des membres du bureau de la CENI et de la suite du processus électoral, au prélèvement du Registre des appareils mobiles (RAM) en passant par la situation sécuritaire dans l’Est y compris l’état de siège ou encore la gratuité de l’enseignement, ces faits font, entre autres, l’objet d’examen approfondi au cours des travaux de la 5èmesession extraordinaire du Comité exécutif national de l’ECC. Les pasteurs, dirigeants et représentants des onze provinces ecclésiastiques de cette confession religieuse devront, à l’issue de leurs assises débitées hier lundi 25 octobre 2021 à Kinshasa, dégager les grandes orientations qui seront suivies par l’église protestante.

L’attention des chrétiens protestants en particulier ainsi que celle de l’opinion publique en général est fixée sur l’issue des travaux de la 58ème session extraordinaire du Comité exécutif national de l’Église du Christ au Congo (ECC) qui devra, en principe, se clôturer ce mardi 26 octobre 2021.

En effet, les représentants et dirigeants des onze provinces ecclésiastiques de l’ECC qui sont réunis depuis, hier lundi 25 octobre 2021 à Kinshasa, sous le leadership de leur président national et représentant légal, Rév. Dr André-Gédéon Bokundoa-Bo-Likabe, passent au peigne fin l’évolution de la situation sociopolitique de la République démocratique du Congo.

En effet, de l’entérinement controversés des membres du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et de la suite du processus électoral au prélèvement des crédits téléphoniques au profit du Registre des appareils mobiles (RAM),  en passant par la situation sécuritaire dans l’Est y compris l’état de siège ou encore la gratuité de l’enseignement et la suppression des facultés de médecine dans certains établissements d’enseignement supérieur ainsi que tous les faits qui ont marqué le développement de la situation sociopolitique du pays, sont débattus lors de ces assises.

C’est à l’issue de cet examen qu’aujourd’hui, sauf changement de dernière minute, que l’ECC fera une déclaration officielle pour dégager des orientations à suivre ainsi que des recommandations à la classe dirigeante.

L’occasion faisant le larron, le modérateur national de l’ECC, Mgr Gabriel Unda, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de ces travaux, a souligné dans son mot, le fait que l’ECC ne ménagera aucun effort pour jouer son rôle de sentinelle de la nation.

Il n’a pas non plus manqué de saluer le dynamisme du président de la République et l’ensemble de son gouvernement pour le maintien de la paix en RDC, « sans laquelle les présentes assises ne seraient organisées ».

Initialement prévue en visioconférence, finalement, ces assises qui se tiennent en présentiel ont été convoquées sur pied de l’article 19 de la Constitution de l’ECC.

Plusieurs observateurs sont d’avis que l’un des éléments qui a appelé à ces assises, c’est, notamment l’entérinement controversé du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et de son équipe.

On se souviendra que l’ECC et la CENCO se sont opposées à la désignation de Denis Kadima comme successeur de Corneille Nangaa à la tête de la Centrale électorale, car ces deux confessions religieuses estiment que sa candidature a été entachée des allégations de corruption, portant ainsi atteinte à sa probité éthique et morale. Des affirmations qui sont jusqu’ici rejetées par les six autres confessions religieuses concernées par la désignation de l’actuel président de la Ceni.

Le dimanche dernier un nouveau bloc a vu le jour à travers la signature d’un communiqué conjoint FCC, Lamuka, Ensemble pour la République, Laïcs protestants et catholiques, etc. qui s’opposent à la démarche engagée par le pouvoir en place.

Jokal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi