Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Après avoir délogé le M23, les FARDC récupèrent toutes leurs positions à Rutshuru

Partager :

SKE__cbus_0327210911FARDCARUTSHURU_mGlis

Toutes les positions attaquées dans la nuit de dimanche 7 à lundi 8 novembre par les anciens rebelles du M23 à Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, viennent d’être récupérées par l’armée congolaise qui a mis en déroute l’ennemi. Alors que la direction du M23 dément être à l’origine de ces attaques, le Rwanda le charge et accuse l’Ouganda de soutenir l’activité de cet ancien mouvement rebelle. Entretemps, le HCR enregistre, en une seule journée, au moins 11 000 Congolais qui se sont réfugiés en Ouganda, fuyant ces violences dans l’Est de la RDC. 

« Nous avons récupéré toute la zone, nous avons délogé l’ennemi et j’ai pu passer la nuit à Chanzu où nous avons à nouveau placé nos militaires », a déclaré à l’AFP le colonel Honoré Rindugu, commandant du bataillon des FARDC à Bunagana.

« Je suis en direction de la colline de Runyoni pour y installer des militaires », a-t-il indiqué. 

« Nous avons récupérés toutes les collines dont Runyonyi et Chanzu. Pour l’instant la population est en train de regagner la zone », a déclaré de son côté à l’AFP le colonel Luc-Albert Bakole Nyengeke, administrateur du territoire de Rutshuru, selon qui, l’armée a « perdu un militaire ».

Le démenti du M23

Dans un communiqué de presse, la direction du M23 dément être à l’origine de ces attaques qui ont eu lieu dans la région de Bunagana, à 80 km de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Dernier avatar de la rébellion congolaise à dominante tutsi soutenue par le Rwanda et l’Ouganda, le M23 est né d’une mutinerie, en avril 2012, d’anciens rebelles intégrés au sein des Forces armées de la RDC.

Le M23 a été vaincu par les FARDC appuyées par les Casques bleus de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) en 2013. Cela, après dix-huit mois de guérilla dans la province du Nord-Kivu et la prise de la ville de Goma fin 2012.

Le Rwanda contredit le M23 et accuse l’Ouganda

Dans un communiqué de presse publié, mardi, les forces de Défense rwandaises disent ne pas être impliquées dans ces attaques et soutenir aucune activité de l’ex-groupe armé M23. Alors que la direction du M23 dément être à l’origine des attaques, le Rwanda le charge et accuse l’Ouganda de soutenir l’activité de cet ex-groupe armé. « L’ex-groupe armé en question, n’a pas cherché refuge au Rwanda en 2013, il est plutôt basé en Ouganda, lieu de provenance de l’attaque et où ses membres se sont retirés », précisent les forces de Défense rwandaises. Avant de conclure : « Les allégations issues des médias ou des déclarations des autorités régionales selon lesquelles l’ex-groupe armé serait venu du Rwanda ou que ses commandants s’y seraient retirés est une propagande dont le seul but est d’envenimer les bonnes relations qu’entretiennent le Rwanda et la République démocratique du Congo ».

Cardoso Ludi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi