Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Diaspora et développement de la RDC : Tshisekedi favorable à des lois souples sur la nationalité

Partager :

SKE__cbus_3144211811TSHISEKEDIFORUMDIASPORA_mGlis

Comme pour les autres pays africains, la diaspora congolaise a des spécificités qu’il faut identifier pour pouvoir créer un lien productif entre elle et le pays. C’est dans cet entendement d’une diaspora congolaise apte à accélérer le développement que le chef de l’État, Félix Tshisekedi, ne cache pas sa volonté sur la redéfinition de la sensible question de la nationalité congolaise jugée un peu trop « sévère » dans son caractère consacré depuis des décennies sur son exclusivité et son unicité. Le Forum de la diaspora auquel a pris part le président de la République, mercredi à Kinshasa, a ainsi été une tribune opportune pour lui de rappeler que dans sa vision politique, s’inscrivait notamment la participation de la diaspora au processus de développement du pays. C’est pourquoi, depuis son avènement à la tête de la RDC, un certain nombre d’initiatives visant l’assouplissement de certaines contraintes ont été prises. « Mon objectif, en tant que chef de l’État, est de mener notre pays vers l’adoption des lois sur la nationalité plus souples qui correspondent aux exigences du développement et de diversité du monde dans lequel nous vivons », a-t-il indiqué.

Avec les réalités de la mondialisation, les membres de la diaspora congolaise qui veulent investir ou se réinstaller en RDC ne devraient pas être perçus comme une menace. C’est plutôt une opportunité pour l’État de créer des environnements propices, en mettant en place un cadre ouvert d’expression publique et de gouvernance transparente.

Félix Tshisekedi partage bien cette approche et n’entend pas laisser son pays en retard par rapport aux autres pays du continent et d’ailleurs qui ont créé des environnements permettant à leur diaspora de multiplier des projets productifs dans leurs pays d’origine grâce à des relais et des réseaux de soutien. Il s’agit d’une approche qui touche directement à la nationalité, cette question sensible qui a toujours divisé l’opinion nationale.

Prenant part, mercredi 17 novembre, au Forum de la diaspora congolaise organisé à Rotana Hôtel à Kinshasa, Félix Tshisekedi a, au cours de son discours devant un parterre de personnalités tant politiques, économiques que sociales et d’autres issues de la diaspora, rappelé que dans sa vision politique, s’inscrivait notamment la participation de la diaspora dans le processus du développement du pays.

L’on note ainsi que depuis son avènement à la tête de la RDC, un certain nombre d’initiatives visant l’assouplissement de certaines contraintes ont été prises. « Mon objectif en tant que chef de l’État est de mener notre pays vers l’adoption des lois sur la nationalité plus souples qui correspondent aux exigences du développement et de diversité du monde dans lequel nous vivons », a-t-il affirmé.

Le chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi a, par ailleurs, émis le vœu de voir les recommandations les plus pertinentes de toutes les composantes de la diaspora congolaise où qu’elle vive, être traduites en actes. Il s’est dit conscient du rôle que joue la diaspora congolaise en faveur du développement avant de plaider pour l’émergence d’une diaspora dynamique et dotée des compétences en vue d’une représentation digne du pays à l’extérieur.

Connaissant le patriotisme des Congolais vivant à l’étranger, le chef de l’État s’est dit « très ouvert » à les associer plus fortement à sa vision du Congo par des initiatives incitatives.

Évoquant les attentes de ce forum en termes de mobilisation des financements, le président de la République a notamment fait allusion à son programme lancé en 2019 contre la pauvreté, surtout en milieux ruraux, villages et autres coins reculés du pays où les populations vivent dans une précarité indescriptible.

Il a, dans le même ordre d’idées, exhorté tous les Congolais à s’unir pour la construction du pays et d’accélérer son développement et ce, quelles que soient les appartenances politiques de tout un chacun.

Pour le cinquième président de la RDC, le fait de changer la nationalité ne fait pas de celui qui l’a changé d’être moins Congolais que les autres.

Le Potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi