Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Tshisekedi : « Le temps est venu pour changer de paradigme de gestion des ressources naturelles »  

Partager :

SKE__cbus_1411212811DRCAFRICA_mGlis

« Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques, d’un marché des véhicules électriques et des énergies propres », c’est l’objectif principal de « DRC-Africa Business Forum 2021 ». Ces assises de deux jours organisées par la RDC à travers le ministère de l’Industrie en collaboration avec la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), ont été lancées, mercredi 24 novembre dans la salle des Congrès du Palais du peuple, par le président de la RDC et président en exercice de l’Union africaine, Félix Tshisekedi. C’était en présence notamment du président de la Zambie Haikande Hichelema, du ministre du Commerce et de l’Industrie du Gabon, représentant personnel du président Ali Bongo, du ministre du Commerce et de l’Industrie du Maroc, représentant personnel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI ; et de la Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies et Secrétaire Exécutive de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique. Pour Félix Tshisekedi, l’heure a sonné pour changer le paradigme de gestion des ressources naturelles afin d’impacter significativement la vie des Congolais et des ressortissants d’autres pays africains en exportant les minerais qui rentrent dans la production des précurseurs des batteries avec de la valeur économique, notamment le cobalt, le cuivre, le lithium, le manganèse, le nickel et le graphite. Il s’agit d’une approche qui doit permettre à la RDC et à l’Afrique toute entière de jouer son rôle stratégique dans la transition énergétique et écologique. 

Fort de sa position stratégique et de ses ressources naturelles, la RDC se positionne de plus en plus comme un « pays solution » dans la transition écologique et énergétique. Kinshasa se donne ainsi l’ambition d’être le leader mondial dans la production des précurseurs des batteries électriques et, partant, des voitures électriques.

Des atouts sont bien là. Le ministre de l’Industrie Julien Paluku, les a soulignés à l’ouverture du DRC-Africa Business Forum 2021. La RDC est bien connue pour ses fortes dotations en ressources naturelles et surtout minérales. En lui seul, le pays assure près de 70% de la production mondiale de cobalt et se trouve aujourd’hui détenir les plus grandes réserves du lithium localisées en Territoire de Manono dans le Tanganyika ; à côté d’autres réserves du manganèse, du nickel, du cuivre et bien d’autres disséminés à travers le pays.

Dans cette posture, le pays de Félix Tshisekedi, a rappelé Juline Paluku, est appelé à jouer un rôle de premier plan dans la transition énergétique ainsi que le développement des systèmes de transports efficients et durables en Afrique, conformément aux agendas internationaux, en l’occurrence l’Agenda 2030 des Nations Unies, l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

La volonté y est, car pour le président de la RDC et président en exercice de l’Union africaine, Félix Tshisekedi, parmi les options de diversification qui s’offrent à son pays en vue de capter davantage la valeur ajoutée et ainsi industrialiser l’économie congolaise, figure la production locale des batteries en lithium en lieu et place de l’exportation brute de minerais, dont le lithium, qui comptait pour près de 85% des exportations enregistrées en RDC en 2018.

« RDC, meilleure destination dans le secteur des batteries électriques »

« C’est au regard de cette possibilité que nous nous sommes lancés dans une série de réformes, visant notamment à améliorer le climat des affaires et le cadre légal et règlementaire en vue de faire de notre pays une destination de premier choix pour les investisseurs de divers horizons », a-t-il indiqué.

RDC, destination de premier choix oui, car l’étude réalisée par Bloomberg à la demande des partenaires de la RDC présents à Kinshasa : CEA, Afreximbank, AFC, BAD, BADEA, démontre que le coût de production des précurseurs des batteries en RDC fait d’elle la meilleure destination au regard de sa compétitivité exprimée à travers les indicateurs objectivement vérifiables. Le ministre de l’Industrie Julien Paluku est revenu sur cette étude de Bloomberg en démontrant clairement qu’investir dans le secteur des batteries électriques aux États-Unis dont le coût d’investissement est évalué à 117 millions USD, 112 millions USD en Chine et 65 Millions USD en Pologne. Tandis que pour le même type d’investissement, les coûts sont évalués à 39 millions USD soit trois fois moins chers qu’aux Etats-Unis et en Chine. D’où les nouveaux concepts « RDC, Pays-Solution, RDC, Meilleure destination dans le secteur des batteries électriques ».

Les contrats miniers à l’heure du rééquilibrage

 « En plus de la compétitivité? reposant sur les coûts de production, la production des précurseurs de batterie en RDC a l’empreinte écologique la plus faible : les simulations indiquent des émissions de carbone en RDC de 20% inférieures à celles de la Chine. Ces résultats confirment ainsi le rôle stratégique de la RDC dans la transition énergétique : selon les prévisions de Bloomberg, le marché? des véhicules représentera des milliers des milliards entre 2025 et 2050. Fort de notre compétitivité, il est clair que nous gouvernement Congolais, avons la responsabilité de mettre en place des politiques publiques courageuses qui assurent, notamment, le renforcement de la gouvernance et de la sécurité des investissements afin de réaliser ce dessin qui changera catégoriquement le paradigme de gestion des ressources minérales », a fait savoir Julien Paluku.

Dans cette nouvelle dynamique de faire profiter pleinement l’Afrique de ses ressources, le chef de l’Etat de la RDC et président en exercice de l’UA a rassuré les partenaires. Pour Félix Tshisekedi, il ne s’agit pas de la révision des contrats miniers mais plutôt du rééquilibrage. « Nous devons dépasser le cliché d’accuser les autres qui exploitent et appauvrissent l’Afrique. Le temps est venu pour changer de paradigme et nous mettre ensemble et arracher un partenariat gagnant-gagnant », a-t-il déclaré.

Dans la foulée, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a annoncé la création d’un conseil africain de la batterie. Les parties en place ont signé un engagement pour le développement d’une industrie des minéraux pour batteries en RDC.

Pitshou Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi