Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Présence des forces ougandaises en RDC : fausse alerte

Partager :

SKE__cbus_2516212911MUYAYAETATDESIEGE_mGlis

Le mécanisme de mutualisation des renseignements qui existent depuis toujours entre la RDC et ses voisins, par rapport à des menaces sécuritaires communes, le cas des ADF entre la RDC et l’Ouganda, ne doit en aucun cas prêter à confusion. Il n’est donc pas question de présence des forces régulières ougandaises en terre congolaise, a fait savoir le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, au cours d’un briefing, lundi 29 novembre, sur l’état de siège.

La sortie médiatique du ministre de la Communication et des Médias, entouré des porte-paroles des FARDC, le général Léon-Richard Kasongo et de la PNC, le commissaire supérieur adjoint Pierrot  Mwanamputu, met ainsi fin à ce qui a été rapporté par certains médias et officines. L’armée ougandaise n’a pas traversé la frontière congolaise pour traquer les ADF. Patrick Muyaya met quiconque à défi de prouver le contraire sur le terrain.

Néanmoins, le gouvernement de la République souligne, par la voix de son porte-parole, qu’il reste préoccupé à ramener la paix dans l’Est, notamment dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu placées depuis mai sous état de siège.

L’agitation observée ou encore la volonté de semer la psychose dans l’opinion sont le fruit des pêcheurs en eaux troubles. Comme pour dire que la virulente polémique à Kinshasa et ailleurs née de l’infox sur ce comeback de l’armée ougandaise en RD Congo n’a pas sa raison d’être. Encore que d’autres acteurs réagissent sur des éventualités, mais en faisant des conclusions hâtives.

Patrick Muyaya, appuyé par les voix de l’armée et de la police, parle plutôt des actions concertées et non pas des opérations conjointes. Plus de place pour des scoops et des intox. « Et il n’y a rien à cacher du côté du gouvernement », insiste le porte-parole du gouvernement.

Encore que la question de la mutualisation des efforts entre États figure parmi les recommandations de l’Assemblée nationale, au travers sa commission « Défense » qui a évalué, il y a peu, l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. La récolte des renseignements sécuritaires se fait dans les deux pays et permet d’enregistrer certaines avancées sur l’ennemi dans une guerre asymétrique.

Devant la presse, Patrick Muyaya a rappelé l’engagement et la détermination du chef de l’État, Félix Tshisekedi, qui a été porté à la tête du pays sur base, notamment de la promesse de la paix. Il est ainsi logique qu’il engage son gouvernement dans des actions bien précises sur le terrain pour que la paix soit retrouvée dans la partie Est de la RDC. C’est dans ce cadre que depuis toujours des échanges de renseignements entre la RDC et ses voisins sont fréquents par rapport à la nature de la menace commune entre les États.

Pitshou Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi