Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Un directeur général du FMI chez Tshisekedi !

Partager :

SKE__cbus_4451210912DGFMIETTSHISEKEDI_mGlis

À quand remonte la dernière vi site d’un numéro 1 du Fonds monétaire international en République Démocratique du Congo ? À 2009 ! Douze ans se sont écoulés. Preuve, si besoin est, que depuis la suspension de son programme avec le Fmi en 2012 pour cause de refus de publication des contrats miniers, Kinshasa ne reçoit qu’en ce mois de décembre 2021 un hôte de premier rang de cette institution.

Et encore, aura-t-il fallu au préalable l’avènement à la tête du pays, en janvier 2019, de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour voir les relations rétablies, mieux confortées.

On se souviendra du fait que profitant de son premier séjour à Washington, déterminé, le chef de l’État s’était rendu personnellement au siège du FMI le vendredi 5 mai. De la séance de travail qu’il avait eue avec elle, Mme Christine Lagarde s’était déclarée « ravie qu’on ait pu renouer la relation et mettre en place ce partenariat, travailler ensemble à l’amélioration de la situation économique et à la situation des populations »

Aussi, à toutes les rencontres où ils se retrouvent en bilatéral ou en multilatéral, le Président de la République Démocratique du Congo et le directeur général du FMI s’efforcent-ils de consolider ces relations. C’est dans ce contexte que le séjour kinois de l’actuelle directrice générale du Fonds, Mme Mme Kristalina Georgieva, est un événement. Déjà, le Conseil d’administration, qui tient à Kinshasa le 15 décembre prochain sa première revue, traduit l’excellence des relations bilatérales dans le cadre du programme du Gouvernement soutenu par la FEC (Facilité élargie de crédit) pour la RDC. Il est indiqué de le rappeler : dans sa « Déclaration des services du FMI à l’issue de leur mission au titre de la première revue du programme appuyé par la Facilite élargie de crédit (FEC) pour la République du Congo» datée du 26 février 2021, il avait été noté que « Des progrès significatifs ont été accomplis  dans  les  discussions avec les autorités congolaises sur les  politiques économiques  et  financières qui pourraient faciliter la conclusion de la première revue de l’accord de la Facilité élargie de crédit». Aujourd’hui, grâce aux efforts déployés par le gouvernement sous le leadership avéré du chef de l’Etat, efforts soutenus évidemment par le FMI, il y a lieu de saluer et d’encourager les initiatives prises par les autorités congolaises en vue d’augmenter les recettes domestiques, d’améliorer la gouvernance concomitamment avec le climat des affaires, tant il est vrai que l’objectif est à la fois de favoriser une croissance forte, inclusive et durable, mais aussi de souligner l’importance de « catalyser d’autres financements. Au moins, est acquis à ce stade le soutien continu du FMI, « y compris avec l’utilisation des DTS». 

Ici, il y a lieu de relever le leadership africain du Président Félix Tshisekedi dans la réalisation des programmes comme ceux de la vaccination, de la lutte contre le changement climatique… Il s’agit-là de quelques points retenus dans le programme des échanges que la directrice générale du FMI aura à Kinshasa avec le chef de l’Etat certainement en aparté avant de l’étendre aux différentes personnalités triées sur le volet.

LP/Celcom PR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi