Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Plus belle qu’avant [Edito]

62 ans après, le rêve se serait-il évanoui ? Les pères des indépendances, et leurs héritiers, ont-ils tous été des escrocs ? Quelle que soit la réponse, les hymnes nationaux rappellent l’ambition solennelle, toujours d’actualité, de transformer l’enfer africain en paradis tropical.

Partager :

plus belle qu’avant

Faire des ex-colonies, devenues des Républiques, « des nations plus belles qu’avant la colonisation ». Voilà le credo public des leaders politiques africains dès l’aube des indépendances.

Ils avaient un peu naïvement rêvé de créer, sur les cendres des empires coloniaux, des Républiques économiquement plus prospères. Et socialement plus généreuses envers leurs concitoyens.

62 ans après, le rêve se serait-il évanoui ? Les pères des indépendances, et leurs héritiers, ont-ils tous été des escrocs ? Quelle que soit la réponse, les hymnes nationaux rappellent l’ambition solennelle, toujours d’actualité, de transformer l’enfer africain en paradis tropical. Mais passer du slogan à du concret, que du blabla !

Confondues, les élites africaines devraient s’interdire de claironner que l’échec des indépendances africaines est à attribuer aux étrangers : Belges, Français, Britanniques, Américains, Banque mondiale, Fonds monétaire international. Ce serait une imposture de mentir, comme en 1960, que le salut viendrait de Mao ou de Kroutchev.

Les prosateurs impénitents, qui ont un gros moellon à la place du cœur, méritent lapidation. Parce qu’ils mentent comme toute la race des politicailleurs des années indépendance. Comme eux, ils pensent s’exonérer en rejetant la faute sur l’étranger. Si les colonialistes ont exploité l’homme, le sol et le sous-sol africains, c’était dans l’intérêt supérieur des métropoles. Ils ont, en cela, répondu à un devoir civique et patriotique très naturel. Et parallèlement, pour des considérations d’ordre moral, ils ont, en un siècle, offert aux indigènes africains écoles, routes, ponts, hôpitaux, etc. Pourquoi les fils et filles d’Afrique n’offrent-ils pas à leurs compatriotes ne fût-ce que le bonheur de sourire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi