Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC : le ministre de l’Economie visé par une motion de défiance

Le ministre Jean-Marie Kalumba est sur une chaise éjectable. Un groupe d’élus nationaux vient de déposer une motion de défiance contre ce Warrior pour plusieurs griefs, entre autres, le détournement des fonds décaisser par le gouvernement pour l’approvisionnement du pays en poissons chinchards durant la période des fêtes de fin d’année.

Partager :

jean marie kalumba

Un groupe de députés nationaux a déposé, ce lundi 21 mars au bureau de l’Assemblée nationale, une motion de défiance contre le ministre national de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba.

Contre ce Warrior, ces élus articulent, entre autres griefs, son incapacité à mettre en place une politique économique dynamique et forte pour faire des Congolais entrepreneurs des millionnaires. Ils lui reprochent aussi la mégestion de son secteur, notamment le détournement des fonds décaisser par le gouvernement pour l’approvisionnement du pays en poissons chinchards durant la période des fêtes de fin d’année. Ces poissons devaient provenir de la Namibie, sans oublier d’autres dossiers mis en sa charge.

« C’est une démarche que nous avons estimé de mener en groupe. Nous avons pensé que le moment était venu, avec l’accord de notre bureau qui nous a accordé cette occasion de jouer notre rôle constitutionnel de contrôler le gouvernement. Et pour ce qui concerne le ministre de l’Economie nationale, nous avons jugé nécessaire que nous puissions nous lancer sur la voie de la motion de défiance contre ce membre du gouvernement », a déclaré le député national Eliezer Ntambwe.

Le groupe d’élus dénonce également au ministre son insensibilité face aux revendications des Congolais qui veulent que le petit commerce soit exclusivement exercé par les nationaux.

« Nous sommes à l’Union sacrée pour propulser le changement, mais pas pour tolérer certaines choses ; surtout pas quand un ministre ne fait pas bien son travail », a précisé Eliezer Ntambwe.

A de l’ouverture de la session ordinaire de mars, rappelons-le, le président de la chambre basse du Parlement, Christophe Mboso, a, dans son discours, annoncé que le bureau va encourager toute initiative de contrôle parlementaire durant cette session ; étant donné l’activité parlementaire ne rencontre pas les attentes de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi