Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Kinshasa-Tracasseries routières : le syndicat de taxis de Mont-Amba indexe les agents de transport

A Kinshasa, les tracasseries routières se portent bien ! A côté des éléments de la Police de circulation routière (PCR), les agents du ministère des Transports en ajoutent un peu plus à cette situation presque intenable les artères de la capitale. M. Fortinant Bwashangu, président syndical des conducteurs de taxis du district de Mont-Amba, est monté au créneau pour pointer du doigt les agents du ministère des Transports commis au contrôle des documents d’exploitation des véhicules faisant le transport en commun.

Partager :

tracasseries routières kinshasa rdc

Le président syndical des conducteurs de taxis du district de Mont-Amba, Fortinant Bwashangu, a révélé, mercredi 23 mars 2022, les mauvaises pratiques dans lesquelles s’impliquent plusieurs agents du ministère des Transports et Voies de communications dans le district de Mont-Amba. Il les accuse d’être auteurs des tracasseries routières contre les conducteurs de taxis.

Pour lui, ceux qui tracassent les usagers de la route, ce sont des agents du ministre des Transports postés à différents carrefours de la capitale congolaise.

« Ce sont les agents du ministère des Transports qui sont à la base des tracasseries routières. C’est au gouvernement de les recycler avant qu’ils soient déployés sur le terrain. Je pensais que les tracasseries étaient l’œuvre des agents de la Police de la circulation routière (PCR). Mais aujourd’hui, j’ai vite compris que ce ne sont pas eux qui commettent cela. Ce sont des agents du ministère des Transports. Moi-même, j’étais victime de tracasserie de la part de ces agents. Je venais d’être interpellé par eux, sans motif sur 13è Rue Limete. Alors que j’avais tous les documents de bord. Ils m’attribuent l’infraction selon laquelle j’ai augmenté les prix de transport », a-t-il dénoncé.

Et de poursuivre : « On n’arrive pas à travailler normalement. Être en ordre ou pas, ils vous arrêtent. Ils exagèrent (…). Ils cassent souvent nos parebrises. Nous ne sommes plus à l’aise. On nous avait demandé d’être en ordre. Et, nous nous sommes déjà acquittés (…). Nous venons de passer par le contrôle technique, en payant également les taxes. Nous payons 500 Fc par jour. Cependant, je suis surpris de constater qu’en dépit des taxes payées, les tracasseries continuent. Ce que je leur demande, c’est de travailler comme il faut. Mais pas comme des délinquants ».

Le porte-parole des conducteurs de taxis de Mont-Amba a révélé que la plupart des agents commis au contrôle des documents de transport n’ont suivi aucune formation. C’est pourquoi, il appelle le gouvernement à les recycler avant de les déployer sur la voie publique.
« Leur comportement brutal est à la base de beaucoup de cas d’accidents de la route », constate-t-il d’autre part.

Actuellement, les conducteurs dénoncent les tracasseries routières dont ils sont victimes de la part des agents du ministère des Transports et de la part de certains agents de la PCR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi