Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC-Procès Chebeya : Le verdict renvoyé au vendredi 25 mars

Partager :

chebeya bazana

Initialement prévue pour le mercredi 23 mars, à la prison militaire de Ndolo, la sentence de la Haute Cour militaire siégeant en appel sur le double assassinat de l’activiste des droits de l’Homme, Floribert Chebeya, et de son chauffeur Fidèle Bazana, abattus le 1er juin 2010, n’a plus eu lieu. Cette audience est renvoyée pour ce vendredi 25 mars.

Cependant, Me David Tshimanga, l’un des avocats des parties civiles confirme cette information en ces termes : « Il n’y a pas audience. Les juges ont demandé qu’on renvoie au vendredi. Peut-être qu’ils ne sont pas encore prêts avec l’arrêt », a-t-il indiqué.

A l’Inspection générale de la police, où ils avaient rendez-vous avec le général John Numbi, patron de la police de l’époque.

Par ailleurs, la haute Cour militaire a pris l’affaire en délibéré depuis l’audience du 9 mars. Trois policiers sont impliqués dans ce dossier de double meurtre. Il s’agit notamment du commissaire supérieur Christian Ngoy Kenga Kenga, du commissaire supérieur adjoint Paul Mwilambwe et du commissaire Jacques Migabo. Ces derniers sont poursuivis pour détournement d’armes et munitions de guerre, assassinat, association des malfaiteurs, terrorisme et désertion simple.

Dans le réquisitoire, le ministère public avait requis la peine capitale pour Christian Kenga Kenga, 10 ans de prison pour Mugabo et l’acquittement du major Paul Mwilambwe. Ils avaient tous été condamnés par contumace à la peine capitale au premier degré.

A titre de rappel, lors de précédentes audiences en appel, les parties civiles avaient exigé la révocation du colonel Daniel

Mukalayi, la comparution du général John Numbi, ancien inspecteur général de la Police nationale congolaise (PNC), qui a pris la poudre d’escampette, ainsi que celle du sénateur Joseph Kabila président honoraire de la RDC. La question que nombreux des observateurs se pose est celle de savoir si la haute Cour militaire dans son verdict de ce vendredi 25 mars, va statuer sur le sort de ces derniers qui seraient qualifiés d’auteurs intellectuels et morals de ce double crime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi