Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

[A LA UNE] – RDC : L’UDPS face à la gestion des ambitions après Kabund

Sans surprise, Jean-Marc Kabund-a-Kabund a déposé, jeudi 31 mars, sa lettre de démission au poste de premier vice-président de l'Assemblée nationale. Il libère ainsi le poste qu'il a occupé au nom du parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Ce qui laisse libre cours au parti du Sphinx de Limete appelée désormais à gérer les ambitions. L’UDPS devra le faire avec tact tout en évitant de se replonger dans une guerre de tranchées. Car, avec les préparatifs des élections des gouverneurs, l’UDPS, en concert avec l’Union sacrée de la nation, doit miser sur la préservation de la sérénité. Comme pour dire, l’après- Kabund devra être un temps d’arrêt le plus court possible pour rebondir avec un autre acteur clé et au point, capable de maintenir l’énergie politique et faire graviter autour de lui l’aura positive à la faveur du parti présidentiel à la Chambre basse du Parlement.

Partager :

jean marc kabund 2

Qui de Léon Mubikayi, Rémy Massamba, Henriette Wamu, Paul Tshilumbu, André Mbata, etc., sera le futur 1er vice-président du bureau de l’Assemblée nationale ? Suspense ! Il est évidemment l’heure de parier sur le nom du successeur à ce poste qui est bien théoriquement vacant car, si sur base du compromis politique au sein de l’Union sacrée, l’UDPS garde le poste, il appartient ainsi au seul parti présidentiel de présenter son candidat. Comme pour dire, en interne, c’est déjà l’heure de la gestion des ambitions dans l’optique de permettre à l’Assemblée nationale de combler le vide au sein du bureau.

Dans tous les cas, l’officialisation de la démission de Jean-Marc Kabund, qui a déposé sa lettre au bureau de la Chambre basse du Parlement, devra entraîner l’enclenchement au niveau de l’Assemblée nationale du processus de son remplacement. Et au sein de l’UDPS, c’est une occasion de miser sur un nouveau pion utile pour conforter l’image positive du parti phare de la majorité et maîtriser le jeu politique pour jouer au stratège au cours d’une session à plusieurs enjeux considérables, notamment électoral. C’est ici que des voix s’élèvent au sein et en dehors du parti de Félix Tshisekedi pour que l’expertise, même si politiquement, le mot « expertise » reste discutable, soit de mise.  Car, il est de notoriété publique qu’en politique, certains postes, de haute responsabilité, requièrent un casting sans complaisance. En tout cas, celui de premier vice-président de l’Assemblée nationale n’est pas moindre. Ce dernier, dans son rôle de membre du bureau, est chargé des questions législatives, des relations avec les groupes parlementaires et des relations extérieures. Bien plus, il remplace le président de la Chambre basse en cas d’absence ou d’empêchement.

À l’UDPS, on est bien conscient de l’enjeu.  La question de remplacement de Kabund au bureau était déjà à l’ordre du jour avant la rentrée parlementaire de mars 2022. Dr Léon Mubikayi, président du groupe parlementaire UDPS et Alliés l’a évoquée quelques jours avant l’ouverture de la session.

« La question de remplacement de Jean-Marc Kabund est en discussion au niveau de la hiérarchie du parti. Le moment venu, elle sera soumise aux députés qui décideront de ce remplacement qui ne pose d’ailleurs pas problème, car Kabund sait qu’il a occupé ce poste au nom et pour le compte de l’UDPS. Maintenant, il ne fait plus parti de cette famille, il devra libérer le fauteuil », avait indiqué en substance le président du groupe parlementaire UDPS et Alliés. Aujourd’hui que c’est chose faite, l’UDPS a l’obligation de procéder le plus rapidement possible à son remplacement, en désignant l’oiseau rare à même, non seulement d’imposer avec autant de charisme et de personnalité que Kabund, mais surtout de fédérer des énergies pour le rayonnement du parti présidentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi