Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Qatar-conférence/Terrorisme : Bahati Lukwebo porte la voix de la RDC

Le président du Sénat a fait remarquer que malgré la situation de guerre qui lui a été imposée, la RDC a pris des engagements avec les autres pays de la sous- région, en vue de combattre tout acte qui menace la paix et la sécurité internationales.

Partager :

img 20220331 wa0041

La criminalité transnationale organisée et le terrorisme constituent aujourd’hui une véritable menace à la stabilité et à la paix dans le monde. Et l’Afrique n’en est pas épargnée. L’heure est donc aux cogitations. C’est ce qui explique la tenue, à Doha au Qatar, du 30 au 31 mars 2022, des travaux de la Conférence parlementaire de haut niveau sur la menace du terrorisme en Afrique. Des assises organisées par le Bureau des Nations Unies contre le terrorisme, le Conseil de la Choura de l’État du Qatar et l’Union parlementaire africaine avec comme thème : « Comprendre la menace terroriste en Afrique : nouveaux défis et mesures nécessaires ».

La RDC qui demeure présente dans le concert des nations sur toutes les questions d’intérêt mondial a également porté sa voix dans ce rendez-vous de Doha, à travers le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo. Ce dernier est accompagné par des sénateurs dont ceux membres de la commission de La Défense et sécurité.

Dans son speech, le speaker de la Chambre basse du Parlement de la RDC a estimé que le thème retenu pour la conférence tombe à point nommé. Il est pour la communauté internationale, souligne-t-il, l’expression de la volonté commune et inébranlable à prendre à bras-le-corps les défis du terrorisme et ses conséquences désastreuses sur la vie de nos nations et d’y apporter des réponses appropriées et efficaces.

Rappelant le fait que le développement du terrorisme en Afrique se fait dans deux directions, à savoir extérieures et intérieures, Modeste Bahati s’est attardé sur la situation de la RDC, frappée de plein fouet par le terrorisme, particulièrement dans sa partie orientale où chaque jour qui passe, des tueries, des massacres et des viols de toute nature sont enregistrés.

En réponse, le gouvernement de la République Démocratique du Congo s’active, avec l’appui de la communauté internationale, à trouver des mécanismes nécessaires de justice afin de sanctionner les violations des droits de l’Homme et tous les crimes commis sur le sol congolais notamment par la ratification des instruments juridiques internationaux et régionaux.

Entre-temps, le président du Sénat a fait remarquer que malgré la situation de guerre qui lui a été imposée, la RDC a pris des engagements avec les autres pays de la sous- région, en vue de combattre tout acte qui menace la paix et la sécurité internationales.

« Dans le cadre de la prévention contre la délinquance juvénile et en vue de sécuriser les jeunes à risque en milieux urbains en situation de post-conflit armé , la République Démocratique du Congo s’est engagée également dans le processus de démobilisation et réinsertion des enfants soldats avec l’appui des Nations Unies, et de l’encadrement des enfants de la rue qui sont des cibles privilégiées au recrutement des criminels en leur donnant la possibilité de s’intégrer dans la société par une formation adéquate », a-t-il déclaré.

S’agissant de la coopération internationale, Modeste Bahati a souligné le fait que son pays participe activement à toutes les rencontres sous-régionales, régionales et internationales relatives à la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. « Le plus urgent pour les États est d’affronter individuellement et collectivement les défis lancés par le terrorisme en vue de son éradication. Raison pour laquelle, l’armée de la RDC a mutualisé ses efforts avec les forces ougandaises en vue de vaincre le terrorisme qui sévit à l’Est de la RDC et de proposer une offre crédible de paix et de cohésion sociale à nos populations locales », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi