Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Développement de la filière palmier à huile : la RDC s’offre l’appui de la Belgique

Ce secteur est indexé comme facteur de déforestation. Voilà tout le sens des efforts de la Belgique aux côtés de la RDC, dans le but d’intégrer cette filière dans une dynamique de développement durable.

Partager :

img 20220404 wa0001

La filière palmier à huile revêt aujourd’hui une importance capitale dans la balance commerciale, en raison notamment de la variété de produits qui en découlent. Cependant, ce secteur est indexé comme facteur de déforestation. Voilà tout le sens des efforts de la Belgique aux côtés de la RDC, dans le but d’intégrer cette filière dans une dynamique de développement durable.

« Autrefois parmi les plus grands fournisseurs d’huile de palme, la RDC était consultée par plusieurs pays dont l’Indonésie qui avait fait référence à la RDC pour apprendre la culture de l’huile de palme. Mais aujourd’hui, l’Indonésie est le plus grand fournisseur de l’huile de palme, bien entendu de la RDC mais aussi de beaucoup d’autres pays d’Afrique. Ceci doit donc réveiller notre conscience et nous renvoie à un devoir de responsabilité collective. La thématique développée aujourd’hui (à cette table ronde qu’a organisée Enabel, le 1er avril 2022 à l’Hôtel Beatrice, à Kinshasa : ndlr) nous permet, l’occasion faisant le larron, de prendre conscience et de mettre en avant les différentes ressources naturelles, notamment agricole dont la RDC regorge à profusion. Fort de plus de 80 millions de terres arables et des conditions climatiques favorables, la RDC est, sans conteste, le grenier et la garde-manger du monde de demain. Dans cette perspective, le développement de la filière palmier à huile doit être soutenu en vue de renforcer l’autonomie nationale de ce secteur et, par voie de conséquence, réduire notre dépendance en termes d’importations de l’huile de palme », a fait valoir M. Héritier Mpiana, directeur de cabinet adjoint du vice-Premier ministre, ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD).

C’était à la clôture de la table ronde placée sous le thème « Les perspectives de développement d’une filière palmier à huile durable en RDC ».

Tenir compte du paysan

Pour sa part, le représentant du ministre de l’Agriculture a appelé, de tous ses vœux, que les propositions issues de cette table ronde tiennent compte du social du paysan. Il a aussi souhaité qu’Enabel associe prochainement des ministères sectoriels, afin que les problèmes relatifs à l’encadrement puissent être pris en compte pour la pérennisation des acquis par ces ministères.

L’ambassadeur de la Belgique en RDC, Jo Indekeu, a rappelé que la Belgique, à travers ses différents programmes, a toujours soutenu la recherche congolaise et notamment l’INERA, pour l’amélioration de la production des semences vivrières dont le palmier à l’huile.

De leur côté, les panelistes ont chacun exposé sa vision des choses. Le recteur de l’Institut facultaire des sciences agronomiques de Yangambi, Baudouin Michel, a proposé d’augmenter la productivité et remonter la technologie, mais aussi et surtout placer le paysan au centre de toutes les actions.

Laurent Nsenga, point focal agriculture WWF/RDC, a parlé de préalables à prendre en compte tels que le consentement, la gouvernance, l’aménagement du territoire. Une fois ces préalables atteints, soutient-il, on peut alors accompagner les fermiers avec un package d’itinéraires techniques, avec des intrants de qualité (semences très germées).

Mais au-delà de tout cela, souligne-t-il, il faut aussi prendre un engagement de limiter le fonds agricole et de s’orienter spécialement vers le jachère.

Le conseiller au MEDD, Bienfait Kambale, a proposé la mécanisation de l’agriculture dans toutes ses filières, notamment le palmier à huile, en vue d’optimiser le rendement et d’atténuer les effets pervers de l’agriculture itinérante sur brûlis.
Dans son point de vue, René Ngongo, fondateur de l’ONG Océan, a parlé de la simplification de l’écosystème avec la monoculture qui dégrade le sol. Il a estimé que la grande recommandation, c’est d’abord la plantation, mais dans les zones de savane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi