Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Carburant : la RDC peut tenir 3 mois avec son stock actuel [Gouvernement]

Le gouvernement rassure de veiller pour ne jamais avoir le stock zéro. La RDC qui subit déjà ce choc parce que ses partenaires commerciaux touchés par la crise actuelle, anticipe sur des échanges directs avec les opérateurs pétroliers et même alimentaires.

Partager :

carburant rdc gouvernement

Les conséquences de la crise russo-ukrainienne sont inévitables. La RDC qui subit déjà ce choc parce que ses partenaires commerciaux touchés par la crise actuelle, anticipe sur des échanges directs avec les opérateurs pétroliers et même alimentaires.

L’équation à résoudre, a fait savoir le ministre des Finances Nicolas Kazadi au cours d’un briefing en direct, mercredi 6 avril sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), c’est que l’Etat s’emploie à maintenir sa capacité à payer les subventions pour maintenir les prix les plus bas possibles et supporter le choc international. Le Conseil des ministres de ce vendredi 8 avril va décider sur des éléments précis, notamment l’augmentation modérée du prix du litre à la pompe.

Entretemps, le ministre des Hydrocarbures, parmi le trio du briefing sur le dossier carburant, rassure que le gouvernement veille pour ne jamais avoir le stock zéro. Seulement, il appelle les Congolais à de nouvelles habitudes, notamment, s’adapter au contexte de la crise.

Plus précis, le ministre de la Communication et des Médias a tablé sur la possibilité de formaliser le plafonnement de vente dans des stations-service, afin d’éviter des dérapages.

40% des carburants achetés à la pompe sont payés par le gouvernement

Tel que l’illustre ce tableau comparatif des prix des carburants à la pompe, il y a lieu de savoir qu’il y a évidemment des ardoises qu’il faut combler dans le cadre du mécanisme mis en place. C’est du fait que le carburant acheté par les Congolais à la pompe, 40% sont payés par le gouvernement et, de ce fait, il existe des mécanismes de paiement des pertes et manques à gagner qui prennent du temps. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui, il y a une difficulté pour les sociétés pétrolières de s’approvisionner. Les dispositions ont été prises pour que cela se fasse, a rassuré le ministre des Hydrocarbures Didier Budimbu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi