Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Face à la menace sanitaire, la RDC appelée à assainir son environnement

Jeudi 7 avril, l’humanité a célébré la Journée mondiale de la santé. En RDC, le thème retenu est « notre planète, notre santé vers la Couverture Santé Universelle ». À l’heure où la planète terre est fortement confrontée à la crise environnementale due au réchauffement climatique, il est clairement établi que « la crise climatique constitue la plus grande menace sanitaire à laquelle l’humanité est confrontée ». Dans un message adressé, jeudi, à la nation, le ministre de la Santé publique, Dr Jean-Jacques Mbungani, a agité une sonnette d’alarme pour que de bonnes décisions politiques, sociales et commerciales soient prises afin de sortir le pays de la double crise climatique et sanitaire. « La crise climatique est aussi une crise sanitaire », a-t-il signifié. Car, selon les estimations de l’OMS, chaque année, plus de 13 millions de décès dans le monde sont imputables à des causes environnementales évitables. En substance, Dr Mbungani prévient sur la nécessité, pour la RDC, de veiller à l’assainissement de son environnement. Car, estime-t-il, « un bon environnement garantit la bonne santé de tout un chacun ». (Nous publions in extenso ci-dessous le message du ministre de la Santé à l’occasion de la journée mondiale de la santé)

Partager :

jean jacques mbungani

MESSAGE DE SON EXCELLENCE M. LE MINISTRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE, HYGIENE ET PRÉVENTION, DR JEAN-JACQUES MBUNGANI, À L’OCCASION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ, CE JEUDI 07 AVRIL 2022. 

Mes chers compatriotes, 

Le monde entier célèbre le 7 avril de chaque année la Journée Mondiale de la Santé. Le thème retenu pour l’édition de cette année est : « Notre planète, notre santé ». Ce thème constitue un rappel opportun du lien inextricable qui existe entre la planète et notre santé, au moment où la charge épidémiologique due aux maladies non transmissibles et infectieuses est en augmentation, tout comme l’incidence des problèmes liés au climat.

En RDC, le thème retenu est « notre planète, notre santé vers la Couverture  Santé Universelle ». Car, celle-ci est l’une des priorités du programme de notre gouvernement dirigé  par son Excellence Jean-Michel SAMA LUKONDE KYENGE sous le leadership de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat qui ne ménage aucun effort pour que celle-ci soit une réalité.

Chers compatriotes,

En pleine pandémie COVID-19, sur une planète polluée et face à l’augmentation de pathologies telles que le cancer, l’asthme et les cardiopathies, cette journée est l’occasion d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les mesures à prendre d’urgence pour préserver la santé des êtres humains et de la planète ainsi que pour susciter un mouvement visant à bâtir des sociétés axées sur le bien-être.    

Selon les estimations de l’OMS, chaque année, plus de 13 millions de décès dans le monde sont imputables à des causes environnementales évitables. Il s’agit notamment de la crise climatique, qui constitue la plus grande menace sanitaire à laquelle l’humanité est confrontée. En effet, la crise climatique est aussi une crise sanitaire. Nos décisions politiques, sociales et commerciales sont à l’origine de la crise climatique et sanitaire. Plus de 90 % des personnes respirent un air pollué résultant de la combustion de combustibles fossiles.

Chaque minute, la pollution de l’air tue 13 personnes des suites de cancers du poumon, de maladies cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux. Dans le même temps, 9 personnes sur dix respirent un air pollué. Arrêtons de brûler de combustibles fossiles comme le pétrole, le charbon ou le gaz naturel.’’

Chers compatriotes, 

En République Démocratique du Congo comme dans la région africaine, les effets directs sur les principaux déterminants de la santé, les changements climatiques affectent la qualité de l’air et de l’eau, tout comme la sécurité alimentaire, ainsi que l’habitat et les établissements humains. Les répercussions sont évidentes en termes de charge due aux cardiopathies et aux affections pulmonaires, aux accidents vasculaires cérébraux et aux cancers, pour ne citer que ces exemples. En effet, les statistiques révèlent que les maladies non transmissibles représentent une proportion croissante de la charge de morbidité.

En 2018, les ministres africains de la santé et de l’environnement ont entériné la Déclaration de Libreville sur la santé et l’environnement en Afrique, préparée dans le cadre du dixième anniversaire de la Déclaration signée en 2008. Cette initiative soutenue par l’OMS vise à promouvoir l’investissement public dans la lutte contre les problèmes environnementaux qui ont un impact sur la santé humaine, tels que la pollution atmosphérique, la contamination des sources d’eau et les dommages causés aux écosystèmes.

Avec une population africaine qui devrait atteindre le cap de 2,5 milliards d’habitants d’ici à 2050, nous pouvons nous attendre à une urbanisation galopante dans notre pays qui reste exposé aux risques naturels et à une augmentation concomitante des crises sociales, des traumatismes, des maladies et des décès qui leur sont associés. Par conséquent, nous devons prendre d’urgence des mesures d’adaptation et d’atténuation qui s’avèrent nécessaires. C’est ainsi que lors de la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP26) tenue à Glasgow/Ecosse en novembre 2021, Son Excellence, Monsieur le Président de la République et l’Initiative pour les Forêts de l’Afrique Centrale (CAFI) ont signé un accord de renouvellement de partenariat fixant les principaux objectifs sur 10 ans, en vue de relever les défis de la pauvreté, du climat et de contribuer à la préservation de la biodiversité. Ce nouveau partenariat conclu entre la RDC et CAFI comprend 8 piliers dont celui relatif à la démographie. L’importance attachée à ce pilier est fondée sur le fait qu’une démographie galopante et non maitrisée est un facteur majeur de la déforestation accélérée, la pollution du milieu de vie et le changement de l’environnement. Il est capital et urgent de préserver nos forêts contre les cultures sur brulis, le déboisement pour la production du charbon de bois et l’exploitation exagérée des grumes de bois pour exportation.

Au regard de l’importance que revêt l’homme en tant que moteur de la déforestation dont les effets d’entrainement sont directement perceptibles sur notre planète, il est urgent de développer des technologies d’énergie non polluante et n’affectant pas trop l’environnement et la santé des populations. En plus, il faut sauvegarder la santé de l’homme en mettant en place divers mécanismes de protection de la santé. C’est dans cette optique que le gouvernement est en train de mettre en œuvre la couverture santé universelle. Celle-ci vise à ce que l’ensemble de la population ait accès aux services de santé préventifs, curatifs, promotionnels et de réadaptation dont elle a besoin sans discrimination d’ordre social, économique, financier ou culturel. Chacun doit jouir de la possibilité de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

Dans cette dynamique, le gouvernement, la société civile, les organisations non gouvernementales et les communautés doivent travailler main dans la main, se donner mutuellement les moyens d’action afin de garantir la prestation continue des services de santé essentiels pendant les événements extrêmes futurs, tout en endiguant l’incidence croissante des maladies liées à l’environnement et à des modes de vie impropres à la santé.

Chers compatriotes,

Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de vue la vérité fondamentale selon laquelle la crise climatique – qui constitue la plus grande menace sanitaire à laquelle l’humanité est confrontée – est aussi une crise sanitaire. Un bon environnement garantit la bonne santé de tout un chacun.

Que la journée e mondiale de la Santé

Que vive le ministère  de la Santé

Que la RDC

Je vous remercie.

Dr Jean-Jacques MBUNGANI MBANDA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi