Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC : « La Céni a été trop critiquée, plus question de complaisance » [Denis Kadima]

Étant donné que « la CENI a été trop critiquée », son président, Dénis Kadima, en appelle à la prise de conscience de tous les membres de son institution, en les invitant à se garder de complaisance dans leur travail, pour éviter de favoriser certains candidats au détriment des autres, lors de prochaines échéances électorales.

Partager :

denis kadima ceni

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Denis Kadima, a réitéré sa ferme volonté de privilégier la transparence, lors de prochaines élections. Il l’a déclaré, jeudi 7 avril, lors de la cérémonie de clôture de l’atelier basé sur le niveau 1 de la cascade de formation sur l’actualisation des cartographies opérationnelles organisé à l’attention des agents de son institution venus de 26 provinces du pays. C’était en présence des membres du bureau et de l’assemblée plénière de la CENI.

« Je suis convaincu que vous seraient sans complaisance dans votre travail. Nous pensons qu’après trois cycles électoraux, maintenant nous sommes dans le quatrième cycle, il y a des fautes que nous ne pouvons plus nous permettre. Il est vraiment important que chacun joue son rôle avec toute la responsabilité nécessaire. Nous n’allons pas accepter des bavures des chefs d’antennes et de CEP. Nous n’allons pas nommé quelqu’un à ces niveaux (CEP et antennes) pour qu’il aille favoriser un candidat contre les autres », a-t-il dit.

Au-delà de la connaissance, après cette formation, il est important que les responsables aillent aussi certaines valeurs morales.

« La CENI a été trop critiqué dans les médias, il y aura encore des critique je n’en doute pas, mais il faut que ça soit des critiques liées à l’erreur humaine et non des faiblesses préméditées. Nous comptons sur vous, pas de complaisance, il faut beaucoup de rigueur. Ne seront retenus que ceux qui vont mériter, car à ce niveau, il n’y aura pas de complaisance », a martelé Denis Kadima. Avant d’inviter les membres du bureau qui s’occupent de la formation à veiller sans faille à l’exécution de cette instruction, car la réussite de l’opération d’actualisation des cartographies dépend de la qualité des formateurs.

Lancée vendredi 1er avril dernier au Centre Caritas Congo de Kinshasa, cette formation s’est clôturée jeudi 7 avril après sept jours d’intenses travaux.

Ouvert avec 273 participants, l’atelier de formation basé sur le niveau 1 de la cascade de formation sur l’actualisation des cartographies opérationnelles s’est clôturé avec un total de 326 membres suffisamment outillés.

Cette formation s’est focalisé sur plusieurs aspects notamment analyser les aspects administratifs et financiers, les conditions de réussite d’une formation de qualité, le déroulement de l’opération d’actualisation des cartographies opérationnelles, la présentation et le remplissage des fiches liées à cette opération, l’utilisation du serveur ODK collecte, le traitement cartographique de chaque chef-lieu des provinces, la mise en réseau des techniques de chargement et d’installations des systèmes ODK/Collecte, les cartographie électorales, la présentation et l’utilisation des data/collecte sur l’application ODK et l’envoi des formulaires.

En plus de tous les modules dispensés par différents facilitateurs, Denis Kadima a indiqué que les participants à l’atelier de formation niveau 1 ont effectué des descentes sur le terrain pour la collecte des données avec des smartphones dans l’optique d’être suffisamment outillés à prendre en charge les opérations d’actualisation des cartographies opérationnelles et surtout d’assurer la formation du niveau 2 de la cascade qui se déroulera dans les 26 secrétariats exécutifs provinciaux de la Ceni.

À ce niveau, note Denis Kadima, 972 participants prendront part à cette formation dont 29 membres des secrétariats exécutifs provinciaux, 153 chefs d’antennes, 179 informaticiens des CEP et des antennes et 585 formateurs additionnels. Le niveau 2 de la cascade durera 7 jours et sera assuré par les formateurs de niveau 1.

Après ce niveau 1, les missionnaires de la Ceni vont parcourir l’étendue du territoire national pour assurer celle des niveaux 2 et 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi