Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Kinshasa : La Halle de la Gombe au rythme de la Sapologie

Partager :

sapologie kinshasa sape

La sapologie est au cœur de l’exposition annoncée, du 14 avril au 7 mai 2022 à la Halle de la Gombe, qui met en lumière le travail artistique peaufiné par l’artiste plasticien, marionnettiste, céramiste et peintre en trois ans, Lambert Mousseka. A travers l’exposition dénommée « Kinoiserie, Briller et s’envoler » qu’il va dévoiler dans les tout prochains jours, l’artiste Lambert Mousseka invite les visiteurs à venir « dans leurs plus beaux costumes ».

Le dress-code dicté par l’événement est sans nul doute censé s’accorder à son esprit.

En effet, tel qu’annoncé, Lambert Mousseka va y mettre au jour « le fruit de multiples rencontres entre Paris, Brazzaville et Kinshasa ». Pas étonnant, car les trois villes, plus particulièrement les capitales de deux Congo, sont reconnues comme les terres d’origine de la société des ambianceurs et des personnes élégantes (Sape). Elles sont porteuses de ce mouvement culturel et vestimentaire congolais, que plusieurs autres Africains ont adopté, et qui s’est exporté en France, non sans raison. Paris étant réputée capitale du luxe et de la mode, les adeptes de la Sape, ces sacrés sapeurs, ne peuvent qu’y trouver leur bonheur. Quand, comme eux, l’on idolâtre, et le mot n’est pas exagéré, la haute couture ou, tout au moins, les vêtements de grandes marques et que l’élégance s’apparente à une religion, c’est l’idéal.

Considéré de son point de vue de plasticien, marionnettiste, céramiste et peintre, pour Lambert Mousseka, la sapologie s’exprime en mode « Kinoiserie, briller et s’envoler ». Ce qu’il a extrait comme substance de cet univers atypique (dont feu Papa Wemba était l’un des fervents défenseurs) l’a emmené à une compréhension de cette pratique et, par-delà, à s’imprégner au mieux de « la philosophie qui sous-tend la vie de sapeur ».

Après l’avoir côtoyé de près, s’y être frotté, l’artiste a réalisé une composition de peintures et sculptures rendue avec éclat à travers une transposition de « la bonne combinaison de couleurs et de formes ». Savoir que ce sont des ingrédients qui, rappelons-le, « ont fait – et font toujours – le succès de la sapologie ». D’entrée libre, l’exposition qui restera ouverte au public un peu plus de trois semaines, est une redécouverte de ce monde que le commun des Kinois regarde souvent d’un air amusé et qui, à son goût, reste farfelu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi