Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC : l’Unesco dote les enseignants d’un guide pratique de base

Avec le référentiel qui vient d’être validé avec l’appui de l’Unesco, la RDC ne ménagera aucun effort pour renforcer les compétences des enseignants de six premières années de l’éducation de base.

Partager :

rdc  l’unesco dote les enseignants d’un guide pratique de base

Avec l’appui de l’Unesco, les experts du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) ont procédé, le mercredi 20 avril 2022, à la validation technique du référentiel des compétences pour les enseignants de l’éducation de base en République démocratique du Congo. C’était au cours d’un atelier organisé au bureau de l’Unesco/Kinshasa, à Gombe.

Le directeur de la Direction de formation des enseignants et de nouveaux gestionnaires des écoles (DIFOR) structure du ministère de l’EPST, Alexis Yoka, a indiqué qu’« avec la validation de cette révision du référentiel, nous allons tout droit vers la révision de programmes d’études parce que le référentiel doit être reflété dans un nouveau programme qui sera implémenté dans les Instituts de formation de maîtres ».

De son côté, le chef de bureau de l’Unesco en charge des programmes et éducation à l’Unesco, Meissa Diop, a précisé qu’après cette étape de la validation du référentiel, « le travail de la Task Force va continuer par rapport à comment opérationnaliser ce référentiel. Et quand nous aurons le programme aux mois de mai et juin, nous aurons des ateliers plus larges de validation de l’ensemble pour passer effectivement aux réformes qu’attend le système éducatif en vue d’instaurer de nouveaux instituts de formation à distance des maîtres ».

A l’issue d’un diagnostic sur les humanités pédagogiques qui avait montré qu’une éducation de qualité nécessite à la fois des enseignants motivés, de qualité, bien formés, l’Unesco s’est vue confier les responsabilités d’accompagner la réforme de la formation initiale des enseignants.

Le gouvernement, en tout cas le secteur de l’éducation, a mis en place une Task Force sous la conduite de la Direction de la formation des enseignants et des bureaux gestionnaires des écoles (DIFOR). C’est dans ce contexte que l’Unesco a pu mobiliser les experts internationaux mais aussi tous les instituts et structures de l’Unesco au plan international, notamment le Bureau international de l’éducation qui a son siège à Genève, mais aussi un Institut international de renforcement des capacités basé à Addis-Abeba.

Avec des experts qu’il a recrutés, l’Unesco a accompagné la Task Force nationale pour arriver à élaborer un référentiel des compétences des enseignants. Au cours de cet atelier, ces experts avec ceux de Kinshasa ont parcouru tous les domaines des compétences dont a besoin l’enseignant, notamment sur le plan de la pratique pédagogique, sur le plan de la gestion de la classe, sur le plan de discipline, de l’interaction avec l’environnement extérieur. Sans oublier la question du numérique et celle du plurilinguisme. Toutes ces questions constituent les éléments fondamentaux pour que le référentiel des compétences soit assez important et permette d’élaborer le programme de formation qui mène vers des enseignements de qualité. Le référentiel professionnel de la fonction enseignante s’articule autour de cinq catégories de situations professionnelles emblématiques, dont le traitement nécessite la maîtrise de 2 ou de 3 compétences, qui sont en tout déclinées en 38 composantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi