Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC – Élection des gouverneurs : la tension monte à cinq jours du scrutin

C’est ce lundi 2 mai que les candidats gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces concernées par les élections se lancent dans la campagne électorale. Les prétendants à la tête des exécutifs provinciaux ont ainsi jusqu’au 4 mai pour faire les yeux doux aux électeurs qui sont les élus provinciaux. Ces derniers menacent déjà de boycotter ce rendez-vous électoral au motif que le gouvernement de la République n’a pas tenu sa promesse d’apurer les arriérés des émoluments à la fin du mois d’avril 2022. Entretemps, certains candidats vont à l’encontre des options politiques levées par leurs partis ou regroupements sur les différents tickets. C’est le cas au parti présidentiel, l’UDPS, dans le Kasaï Oriental et à l’AFDC-A de Modeste Bahati dans le Haut-Lomami, le Haut-Katanga et le Tanganyika. Ces candidats retenus sur la liste définitive des prétendants à l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de province par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) sont sommés, pour ceux du regroupement de Bahati, de retirer leurs candidatures. Pour ceux de l’UDPS étiquetés pour la circonstance « indépendants », il leur est interdit d’utiliser les insignes du parti sur la maquette de campagne. Et pourtant, dans ce décor bien loin de la sérénité, l’enjeu est de taille pour le camp présidentiel. C’est celui de contrôler effectivement les provinces par des pions clés, mieux, des acteurs formatés aux dernières stratégies et politiques mises en place pour booster les réalisations du chef de l’État, Félix Tshisekedi, qui est à une année de la fin de son quinquennat.

Partager :

rdc Élection des gouverneurs la tension monte à cinq jours du scrutin

On s’achemine lentement mais surement vers l’élection des gouverneurs dans 14 des 26 provinces du pays. Le scrutin est prévu pour le 6 mai 2022. Mais déjà à l’Union sacrée, la coalition au pouvoir, qui contrôle la majorité des institutions, des ambitions internes n’ont pas été gérées. Et c’est la vraie bataille avec tous les risques que cela comporte en face notamment des fidèles de Joseph Kabila qui tentent encore de porter leurs voix dans certaines provinces.

La campagne électorale ouverte ce lundi, et qui va se clôturer le mercredi 4 mai, n’augure rien d’apaisement dans le décor actuel. La tension monte et remonte. C’est le cas dans la province du Kasaï Oriental. Le parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a interdit à tous les candidats qui se sont inscrits comme « indépendants », d’utiliser les insignes du parti sur la maquette de campagne. L’on note que sur les huit candidats retenus par la Céni, il y a quatre membres de l’UDPS dont trois se sont présentés en indépendants.

Il y a également l’Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés (AFDC-A) qui est surprise de retrouver les noms de ses membres sur les listes définitives des candidats gouverneurs et vice-gouverneurs alors qu’ils n’ont pas reçu mandat du regroupement. Il s’agit de Arsène Mukadi Kintuntanki, candidat vice-gouverneur, colistier du candidat gouverneur Kabila wa Nkulu Prosper sur la liste du regroupement AA/a dans le Haut-Lomami ; de Cécile Ngoy Kisula, candidat vice-gouverneur, colistier du candidat gouverneur Muyombi Tshimbu Jethro sur une liste indépendante dans le Haut-Lomami ; de Thérèse Maloba Ngoy, candidat gouverneur dans le Haut-Lomami et de Mony Samba Kayabala, candidat gouverneur dans le Tanganyika.

Pourtant pour la majorité au pouvoir, l’enjeu est celui de contrôler effectivement les provinces par des acteurs aptes à traduire la vision de développement à la base prônée par le président de la République, le programme de développement des 145 territoires pour améliorer les conditions et cadres de vie des populations.

Par ailleurs, les députés provinciaux, de leurs côtés, menacent de boycotter l’élection des gouverneurs, en exigeant au gouvernement central d’honorer préalablement sa promesse d’apurer les arriérés des émoluments à la fin du mois d’avril qui vient de se terminer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi