Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC – Loi électorale : le G13 répond aux préoccupations des élus ce lundi

C’est ce lundi 2 mai 2022 que le G13, initiateur de la proposition de loi, répond aux préoccupations des élus nationaux soulevées lors du débat général à l’Assemblée nationale.

Partager :

20220420 105853

Après le débat général étalé sur trois journées, le groupe de 13 personnalités politiques et sociales qui avait initié des pourparlers autour de la loi avant le Parlement, dénommé G13, avait sollicité 72 heures pour rencontrer les préoccupations soulevées les élus nationaux au cours du débat général.

C’est donc au cours de la plénière de ce lundi 2 mai 2022, à 12 heures que ce groupe initiateur de la proposition de loi sous examen à l’Assemblée apportent des réponses à ces préoccupations, à en croire le communiqué émis par le rapporteur de l’Assemblée nationale, Joseph Lembi Libula.

En fait, le G13 est constitué de treize personnalités congolaises issues des courants politiques et associatifs de tout bord, plaident pour la tenue d’un forum national axé exclusivement sur le processus électoral.

On se rappelle que ces acteurs politiques proposent particulièrement que des discussions soient engagées sur le rétablissement du second tour de la présidentielle, les orientations essentielles sur la loi électorale, et autres.

Le ministre Mbungani interpellé

Entretemps, le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention doit s’expliquer devant la représentation nationale sur la gestion des recettes du service d’hygiène aux frontières. Ceci à la suite de la question orale avec débat lui adressée, le vendredi 29 avril 2022, le député national Daniel Safu.

A en croire l’élu du Mont Amba qui s’est exprimé devant la presse après avoir déposé son initiative de contrôle parlementaire au service courrier du bureau en ces termes : « Je viens de déposer une question orale avec débat adressée au ministre de la Santé publique. En bref, nous voulons voir clair sur les recettes que réalise un service de ce ministère. Le pays dispose de plusieurs sources de revenus qui sont ignorées et mal contrôlées. Il existe le service national d’Hygiène aux frontières qui perçoit taxes et redevances sur des containers de 20 à 40 pieds à l’importation. Nous voulons savoir où vont ces recettes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi