Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Situation sécuritaire dans l’Est : Le coup de colère de Félix Tshisekedi

Partager :

codeco en ituri

Taper du poing sur la table résulte d’une patience suffisamment contenue et arrivée à la limite du supportable.
On n’a pas à être leader pour faire éclater sa colère quand on a tout donné sans cependant recevoir en retour la réponse escomptée.
Tout être vivant et conscient a la capacité de le faire.
A plus forte raison, quand on est le Chef de l’Etat, le geste doit se comprendre.

Dans le cas précis de la RDC, et en rapport avec la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est, aucune cause ne peut expliquer ni ne justifier les tueries gratuites qui s’y perpétuent à une cadence, excusez-moi du terme, ” industrielle “.
C’est à croire que les groupes armés qui y opèrent se livrent à une compétition pour figurer dans ” Guinness Record ” dans la spécialité ” massacres massifs les plus atroces “.

Les images dont on nous abreuve au travers des réseaux sociaux avec des corps mutilés, au nombre desquels ceux des bébés, incitent à nous demander si ce n’est pas en définitive l’homme noir qu’on veut déshumaniser par le Congolais interposé.
Ainsi, avec ces images, les ex- puissances coloniales se sentent-elles confortées dans leur conviction d’avoir apporté la civilisation aux hordes noires cannibales, passant tout leur temps à s’entretuer ! Et, partant, de justifier la formalisation de la nouvelle colonisation.
Ces crimes, portés à la connaissance de l’humanité par la magie d’Internet, alimentent dans certains contemporains le racisme dont sont victimes les Noirs vivant sous d’autres cieux.

Dès lors que la RDC devient l’épicentre de ces crimes des masses, il est tout à fait normal que l’Autorité établie, en l’occurrence le Président Félix Tshisekedi, se sente interpellée et, justement, en vienne à taper du poing sur la table.
Normalement, aucune Congolaise, aucun Congolais ne peut trouver son compte dans l’insécurité entretenue sciemment à l’Est.
Quelle que soit l’opinion politique qu’on peut avoir sur cette Autorité, on a l’obligation citoyenne d’utiliser les moyens dont on dispose pour participer à l’arrêt de la criminalisation de la vie dans la partie orientale du pays.

Aussi, lorsque, profitant du Séminaire sur l’éthique et la déontologie militaire au sein des Fardc tenu les 12 et 13 mai 2022 au Groupement des Écoles Militaires, le Chef de l’Etat déclare qu'” Il est temps de mettre fin à toutes les pratiques qui ont favorisé les assassinats et meurtres de nos concitoyens », il est dans son rôle de commandant suprême des Forces armées gouvernementales. Et lorsqu’il fait observer que ” Les résultats ne sont pas proportionnels aux moyens mobilisés “, il est dans son rôle de Président de la République.
Après tout, la situation volatile qui prévaut l’Est depuis quasiment 1960 pour s’accentuer au cours de ces 30 dernières années post-Perestroïka, a bouffé au propre comme au figuré des centaines de milliards de dollars US qui auraient pu améliorer considérablement le niveau de vie des Congolais.

Dans ces milliards, des affairistes se sont et continuent de se servir à la pelle…
” Faites la guerre pendant que nous faisons des affaires ” : c’est le principe divinisé par des affairistes, des êtres sans cœur, pire sans foi ni loi.
Juste un exemple : pendant que les médias envahissent notre espace avec des immeubles éventrés en Ukraine, les affairistes, eux, comptabilisent les mêmes immeubles en évaluant le coût de reconstruction. Ils se distribuent déjà des marchés des matériaux de construction, des mobiliers, des équipements électro-ménagers, etc.

Ainsi, à chaque bombardement, ils sortent et sablent le champagne pour un marché de plus gagné.
En RDC, il n’y a peut-être pas de quoi assurer la reconstruction. Mais, ils tirent profit du marché des armes tout en réalisant un exploit insoupçonné : l’exploitation incontrôlée des concessions minières, pétrolières, forestières etc. Car, ils savent, eux, qu’avec l’insécurité ambiante, les gros investisseurs tarderont à venir, et même s’ils viennent quand même, ils poseront le problème des risques à compenser.
Entre-temps, comme relevé plus haut, c’est l’image des Nègres sauvages que nous envoyons au monde au travers des photos et des vidéos des crimes en perpétuation continue dans l’Est.

Pour une fois, prenons le courage, nous RDCongolais, de nous interpeller, les yeux dans les yeux en nous posons cette double question.
Première question : quelle image donnent-ils individuellement au monde, nos compatriotes de l’Est du pays, censés savoir qu’en Chine ou en Finlande, en Australie ou en Argentine, au Canada ou en Suisse, dès qu’on se dit originaire de Bunia ou de Goma, sinon de Bukavu ou de Kalemie, on fait peur !

Deuxième question : quelle image donnons-nous collectivement au monde, nous Congolais de la RDC, censés savoir qu’au Maroc ou au Malawi, au Sénégal ou en Namibie, dès que nous nous disons originaires de la RDC, on nous indexe !
Moralité : le Congo-Kinshasa est en plein suicide ou, pour faire mode, en plein génocide !
Le coup de colère du Président Félix Tshisekedi est pour nous sortir de la non-conscience de l’effet boomerang à la diffusion et au relais des images d’enfants, de femmes et d’hommes tués (souvent à l’arme blanche) pour une guerre dont on ne sait pas dire si elle est de libération ou de quoi !

En effet, en majorité, ces groupes s’affichent avec des appellations comme ” Congo “, ” National «, « Nationaliste “, ” Patriote “, ” Patriotique “, ” Congolais “, voire ” Zaïre, et curieusement massacrent des Congolais !
N’est-ce pas contradictoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi