Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Malaise à l’ISAU : suspension des cours, le comité de gestion poussé à la démission

Partager :

isau

Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Mohindo Nzangi, est attendu à l’action pour vite remettre de l’ordre à l’Institut supérieur d’architecture et d’urbanisme (ISAU) de Kinshasa-Gombe, où la tension sévit entre les professeurs-architectes et le comité de gestion.

L’ISAU qui n’est plus que l’ombre de lui-même, conséquence de la gestion calamiteuse des comités de gestion depuis près d’une décennie, nivelle davantage vers le bas. Ce qui a poussé, notamment, les professeurs-architectes à hausser le ton en vue du redressement de la situation.

Dans une correspondance datée du 12 mai 2022 adressée au ministre de tutelle, dont une copie est parvenue à notre Rédaction, les professeurs qui animent des cours fondamentaux pour la formation des architectes annoncent la suspension des enseignements. Ils réclament la convocation des états généraux de l’ISAU, au mieux, la démission de l’ensemble du comité de gestion pour une reprise en mains par des personnes ressources-maison maîtrisant l’organisation de la formation des architectes et urbanistes. C’est dire que la situation actuelle de la gestion de cet établissement laisse à désirer.

À titre d’illustration, avec seulement 6 salles d’atelier pour une capacité normale de 360 étudiants, le comité de gestion actuel en a inscrit plus de 3000. Conséquence : il y a des étudiants qui dessinent dans les couloirs et à même le sol.

À voir de près, la suspension des enseignements va rapidement compliquer les choses. Car, ce qui se présente aujourd’hui comme un bras de fer entre professeurs et comité de gestion, connaîtra un autre acteur, un peu difficile à gérer, ce sont les étudiants qui devront naturellement revendiquer leur droit d’apprendre et dans les conditions.

Ainsi, Mohindo Nzangi est appelé à jouer à l’anticipation. Son attention sur la situation dans cet établissement qui forme les architectes et les urbanistes est plus qu’attendue. Encore que la nomination des autorités académiques doit se faire sur base de la connaissance des objectifs de la formation. Ce n’est visiblement pas le cas à l’ISAU, dénonce-t-on par les professeurs-architectes, des modifications des règles, des inscriptions d’étudiants sans prendre en compte les capacités, l’engagement du personnel ne répondant pas aux critères de compétence, etc.

Ci-dessous la lettre des professeurs-architectes de l’ISAU adressée au ministre de l’ESU sur l’état de lieux de la situation académique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi