Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Création de « Congo Ressources » : la RDC valorise ses actifs miniers

Une étape est franchie en RDC. À travers le ministère du Portefeuille que dirige la ministre d’Etat, Princesse Adèle Kayinda Mahina, les batteries sont mises en marche pour mettre fin au paradoxe d’un pays disposant d’un d’énorme potentiel de ressources minières, mais avec des sites porteurs de ce potentiel demeurant au stade rudimentaire de la valorisation du permis de recherche. Dans un décor complexe des sociétés existantes ayant cumulé un passif rendant difficile leur utilisation comme véritable véhicule financier pour la valorisation du patrimoine minier de l’Etat au travers des marchés financiers, le gouvernement de la République a décidé de la création d’une autre structure étatique capable d’accomplir cette tâche. Il s’agit de «Congo Ressources ». Cette entité dont la création a été annoncée aux médias, jeudi 19 mai par la ministre d’Etat en charge du Portefeuille, va travailler en partenariat avec la société de droit canadien « AJN Ressources Inc », cotée en bourse canadienne. Selon la ministre d’État en charge du Portefeuille, la valorisation d’actifs miniers se fera à travers les marchés boursiers du monde, et elle permettra de lever les fonds qui seront affectés à la certification de nos réserves et serviront de garanties collatérales pour les gros investissements. Ainsi, Congo Ressources sera donc une société nationale d’exploration et de développement axée sur l’acquisition, la mise en valeur et la constitution des actifs miniers convertibles.

Partager :

adele kayinda

Depuis plus de 75 ans, un grand nombre d’actifs miniers (de type green fields) dont ceux de la SOKIMO n’ont toujours pas été valorisés par l’État. Ils sont restés inexploitées par les sociétés étatiques et sont désormais dans le domaine public de l’État sans avoir été valorisés. Une situation qui demeure non bénéfique à l’État congolais, car ces actifs ne rapportent rien au Trésor public depuis des décennies.
Fort de ce constat alarmant, il se dégage la nécessité de valoriser ces actifs et l’exigence des capitaux importants. Ce qui implique un investissement réel dans les permis de recherches qui ont été établis et identifiés pour ces actifs dormants qui sont désormais dans le domaine public.

C’est pourquoi, l’État, via le ministère du Portefeuille, a proposé et obtenu la création d’une entreprise du Portefeuille, « Congo Ressources » contrôlée à 100% par l’Etat, à qui seront transférés les différents actifs miniers concernés par l’opération.

Ainsi, Congo Ressources mettra à la disposition d’un partenaire opérant sur le marché financier, lesdits actifs, en vue de lever des fonds qui permettront de les valoriser. Et le partenaire choisi après une étude minutieuse, est AJN Ressources. Le contrat de partenariat signé le 5 mai 2022 à Kinshasa entre la partie congolaise, représentée par Princesse Adèle Kayinda Mahina et Antoinette N’Samba Kalambayi, respectivement ministre d’Etat, ministre du Portefeuille et ministre des Mines, et la partie AJN Ressources, représentée par M. Klauss Peter Eckhof, éclaire sur les différents engagements portant sur le périmètre des activités minière de recherche couvrant les zones minières de Gada-Manga-Rambi, Zani, Moku et Manono.

Diversification du partenariat avec des permis de recherche sur le lithium et le cobalt

AJN, note-t-on, s’engage à émettre en faveur de l’Etat congolais un nombre d’actions ordinaires représentatives de son capital à concurrence de 60% de l’ensemble des actions mises en circulation dans AJN. Et elle s’engage également à mobiliser les financements conséquents qui permettent de couvrir tous les frais liés à la réalisation des études géologiques, conformément au programme à élaborer et à déterminer par les deux parties de commun accord et dans le meilleur délai.

L’Etat congolais, pour sa part, s’engage à mettre à la disposition de la société AJN toute la documentation se rapportant aux prospects et actifs miniers visés. Et dans le cas où AJN réussit à faire lever les fonds pour valoriser les actifs miniers, l’Etat congolais s’engage à faire ouvrir le capital de la société véhicule au profit d’AJN à concurrence de 40% au maximum.

Et suivant la feuille de route du partenariat, il est prévu à moyen et long termes, la diversification du partenariat en intégrant d’autres permis de rechercher portant notamment sur le lithium, le cobalt et le chrome pour permettre à Congo Ressources et AJN de sécuriser la fourniture des minéraux pour l’initiative de création de chaine de valeurs de batteries en RDC.

Dans le fond, il n’y a rien d’un contrat de bradage comme veulent le présenter certains pêcheurs en eaux troubles. Il s’agit bel et bien de la matérialisation des décisions prises lors de la 45ème et 49ème réunions du Conseil des ministres du gouvernement, tenues respectivement le 18 mars et le 15 avril 2022, et dans lesquelles les questions sur le développement, la valorisation et la promotion des actifs miniers de la RDC ont été présentées et défendues par la ministre d’État en charge du Portefeuille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi