Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

L’Ogefrem forme ses auditeurs internes pour booster la croissance financière

L’Office de gestion du fret multimodal (Ogefrem) a désormais des auditeurs remis à niveau ce, grâce à la formation initiée par le nouveau directeur général a.i, Justin Kamwanya. Ces agents, une trentaine, ont suivi pendant cinq jours d’affilé une formation assurée par le cabinet « Science for development » dont la notoriété n’appelle aucun doute. La cérémonie de clôture et de remise des brevets aux participants a été présidée, lundi 23 mai 2022, par le ministre de Transports, voies de communication et de désenclavement, Chérubin Okende.

Partager :

ogefrem fin formation

Après avoir formé les contrôleurs de gestion dans un module qui a duré environ vingt jours, c’est maintenant le tour des auditeurs internes d’être formés. En présence du ministre de tutelle, Chérubin Okende, de son vice-ministre, du président du Conseil d’administration de l’Ogefrem, Jemsy Mulengwa et de tous les hauts cadres de directions et des collaborations, la clôture de formation des auditeurs internes est intervenue, lundi 23 mai 2022, au chapiteau de l’Espace 19 en plein cœur de la Gombe.

Pour le directeur des ressources humaines de l’Ogefrem, Yves Kasoro, la formation sur les fondamentaux de l’audit et pratiques de l’audit interne avait trois objectifs généraux, à savoir : cerner les principes fondamentaux de l’audit et la démarche de l’auditeur ; se familiariser avec les outils de l’audit ; et organiser une intervention de l’audit. Il a fait savoir qu’après évaluation, les meilleurs apprenants seront déployés, car, dit-il, la présente formation n’avait pour public cible, que les auditeurs internes mais également les autres responsables des services comptables et financiers, les contrôleurs de gestion et tous les autres cadres intéressés par les fondamentaux de l’audit.

Donnant des précisions sur sa vision managériale, le tout nouveau DG a.i, Justin Kamwanya, a précisé que l’Ogefrem est compté parmi les rares entreprises du portefeuille qui mettent l’homme au centre de tous les enjeux. Il a estimé qu’étant donné qu’à l’Ogefrem, l’homme est le principal facteur de production, il faut que cet homme soit bien formé afin qu’il soit en mesure de produire et accroitre le rendement.

À en croire le nouveau DG a.i, cette formation des auditeurs internes qui intervient après celle des contrôleurs de gestion, rentre dans sa stratégie de doter cet office d’une capacité de contrôle des finances à l’intérieur, d’améliorer la gestion de ses finances et aussi de développer une capacité alternative qui sera à l’intérêt de l’Ogefrem lorsque les inspecteurs des finances auront à le quitter.
Tout en remerciant la présence du ministre de tutelle, pour son implication et son élan volontariste d’accompagner l’Office pour la totale réussite des missions assignées à l’Ogefrem, le DG Kamwanya parle d’un motif de fierté pour son personnel qui, du reste, est rassuré qu’il travaille en symbiose avec sa tutelle.

Former l’homme pour réussir

Outre cette première série de formations axée sur la partie financière avec les contrôleurs de gestion et les auditeurs, le patron de l’Office a annoncé une autre série de formations techniques axée sur trois modules, à savoir – la formation de ceux qui suivent les principales ressources de l’Office (Commission 05). Soixante personnes sont concernées, provenant de l’ensemble du pays ; la formation de tous les préposés à l’émission de la FERI (Fiche Electronique des Renseignements à l’Importation), FERE et AD ; et enfin, la formation en matière de comptabilité, finances, FERI et dans le domaine administratif.

Pour sa part, le ministre des Transports, Voies de Communications et Désenclavement est revenu sur les missions et objectifs assignés à l’Ogefrem qui est une entreprise sous sa tutelle.

Pour lui, l’Ogefrem constitue un important levier politique de transport et du commerce dont les pères fondateurs ont doté la République. Pour ce faire, il adhère à la vision managériale imprimée par le DG de l’Office, celle de comprimer les dépenses, d’accroitre sensiblement les recettes et de dégager une marge bénéficiaire susceptible d’être affectée à des investissements structurants pour aider l’Office à élargir son portefeuille d’activités, à diversifier et à amplifier ses actions d’assistance aux chargeurs ; a redynamiser son ancrage sur la chaine logistique des transports.
« Des telles perspectives requièrent un esprit de sacrifice », a reconnu le ministre Okende.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi