Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Brouille entre Kinshasa et Kigali : La CENCO appelle les belligérants à revenir à la raison

Dans une déclaration, samedi 28 mai, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) dit suivre avec beaucoup d’inquiétude la dégradation de la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu, particulièrement dans ses territoires de Rutshuru et Nyiragongo, suite à l’intensification des combats entre les FARDC et les rebelles du M23, lesquels causent tant de pertes en vies humaines de part et d’autre.

Partager :

m23 est

Les évêques, qui soulignent leur étonnement de voir ces affrontements refaire surface alors que des engagements ont été pris à Nairobi, il y a quelques semaines, entre les chefs d’État de la sous-région des Grands lacs et les groupes armés pour instaurer la paix dans cette partie, rappellent que les armes ne sont pas une solution efficace pour l’instauration de cette paix tant voulue. « Le cauchemar de la guerre a trop duré. La CENCO demande aux belligérants de revenir à la raison. Qu’ils mettent fin dans l’immédiat à ce énième combat qui ne fait qu’enfoncer le peuple congolais dans la misère. Les armes n’ont jamais été une solution efficace aux revendications, fussent-elles politiques », note-t-on dans la déclaration de la CENCO.

« En effet, l’usage de la violence donne un semblant de paix à ceux qui l’utilisent. Il constitue en même temps une plantation des jalons pour les violences à venir. L’histoire de notre sous-région nous le rappelle bien », indiquent les princes de l’église catholique.

Ainsi, les évêques appellent la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) ainsi que les autorités congolaises à user de tous les moyens à leur disposition pour que cette partie du pays recouvre la paix. « Nous demandons en même temps aux autorités compétentes et à la Communauté internationale, notamment la MONUSCO, d’user de tous les moyens à leur disposition pour que cette partie du pays recouvre la paix le plus tôt possible sans primer les responsables de ces atrocités ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi